Skip to main content.

Accueil du site > Revue de presse > Marijuana et Sida, rien d’incompatible

Marijuana et Sida, rien d’incompatible

dimanche 12 octobre 2003

La marijuana est utilisée depuis des siècles en médecine, du fait de ses vertus analgésiques, anticonvulsivantes, sédatives, hypnogènes et antispasmodiques. En 1986, la FDA a autorisé l’usage médical d’un dérivé synthétique de la marijuana, actif per os, le delta-9-tétrahydrocannabinol, dans le traitement symptomatique des nausées et des vomissements induits par la chimiothérapie. Dans les formes terminales du Sida, avant l’introduction des trithérapies antirétrovirales, il était courant d’administrer ce médicament pour soulager les souffrances du malade ou, à défaut, la marijuana. Les inhibiteurs des protéases ont transformé le pronostic de la maladie et son approche thérapeutique. Or, cette classe pharmacologiques expose à de multiples interactions médicamenteuses, du fait de ses interférences avec le cytochrome P-450. Les cannabinoïdes qui sont encore consommés par les malades atteints d’une infection à HIV sont métabolisés par certaines des enzymes du cytochrome en question.

Une étude randomisée, menée à double insu contre placebo, d’une durée de 21 jours, a inclus 67 sujets atteints d’une infection à HIV et répartis en 3 groupes selon qu’ils étaient traités par une cigarette de marijuana (3,95 %)/j ; une capsule de delta-9 tétrahydrocannabinol (2,5 mg)/j ; un placebo.

Au terme des 21 jours de traitement, les modifications moyennes de la charge virale ajustées selon les variables basales sont, par rapport au placebo, une baisse de la charge virale de – 15 % avec la marijuana et de – 8 % avec le drobaninol. Les taux de CD4+ et de CD8+ ne sont pas affectés par les cannabinoïdes, pas plus que ceux des inhibiteurs des protéases.

Ces substances psycho-actives, en dépit de leur profil pharmacologique, qu’elles soient fumées ou absorbées per os, ne semblent pas être dangereuses au cours des infections à HIV, tout au moins à court terme, si l’on se réfère aux taux de l’ARN viral, des CD4 et des CD8, ou encore des inhibiteurs des protéases.

Dr Philippe Tellier

Voir en ligne : Abrams DI et coll. : “Short-term effects of cannabinoids in patients with HIV-infection. A randomized, placebo-controlled clinical trial.” Ann Int Med 2003 ; 139 : 258-266.