Skip to main content.

Carla Bruni | Charles-Catherine Claude | Femmes séropositives | Génération sacrifiée, 20 ans après | Hommage aux disparus | Les stars et le sida

Hommage à une combattante (6/8) : Catherine vs. Carla

22 mars 2011 (papamamanbebe.net)

| Votez pour cet article

Sandra : En 2008, c’est l’ouverture de la Maison des familles. Catherine accompagnait le Comité lorsque le Comité des familles avait interpellé le centre LGBT (Lesbienne, Gay, Bisexuel et Transsexuel) sur le fait qu’il n’y avait, avant l’ouverture de la Maison des familles, aucun lieu autogéré par les familles vivant avec le VIH. Ça, c’était l’émission du 4 mars 2008, l’émission 340. Et puis aussi, elle a pris la parole à la Conférence de presse Génération sacrifiée, 20 ans après. On en a parlé tout à l’heure à l’émission, le 28 novembre 2008, où elle lit l’appel des familles vivant avec le VIH qui interpelle Carla Bruni. On écoute Catherine Charles.

Début du son.

Catherine : C’est un appel à Carla Bruni, qui annonce lundi son engagement auprès des mères et des enfants vivant avec le VIH. Suite à la conférence de presse, ce matin à l’occasion de la journée mondiale contre le sida, le Comité des familles a adressé le courrier suivant à Carla Bruni :

Chère Carla Vous allez annoncer lundi 1er décembre votre engagement contre le sida, notamment auprès des mères et des enfants touchés par le virus. Au nom du Comité des familles, association créée par des mères et des pères vivant avec le VIH, nous souhaitons vous rencontrer pour vous alerter sur la situation dramatique que nous vivons au quotidien. La situation dans les quartiers et banlieues où nous vivons est grave : notre génération a payé un lourd tribut au sida, et nous luttons pour que nos enfants grandissent dans un monde plus juste. Votre écoute et votre soutien peuvent faire changer les choses. Bravo pour votre engagement. Veuillez recevoir nos salutations solidaires pour survivre au sida. Pour le Comité des Familles, Reda Sadki, président.

Fin du son.

Sandra : Tina, c’était en 2008. Est-ce que depuis Carla Bruni a fait quelque chose depuis pour le Comité des familles ?

Tina : Alors très franchement, rien du tout n’a été fait pour le Comité des familles. On n’a pas arrêté de faire appel au soutien de Carla Bruni parce que ce n’est vraiment pas facile pour les familles qui vivent avec le VIH. Le Comité des familles essaye de mener des actions justement, envers les familles qui sont concernées pour soutenir et informées les familles. On a un tout petit local. Il ne nous suffit vraiment pas du tout pour mener nos actions, pour accueillir le nombre de personnes qui aimeraient venir à l’association. On se retrouve tout le temps à l’étroit. En plus, le local est dans un état pitoyable. Donc on n’a pas arrêté de signaler cet état et espérer un soutien pour obtenir un local digne des actions menées. Jusqu’à aujourd’hui, rien n’a changé. Donc on espère. Les subventions sont trop petites, le local est trop petit. Tout est en minuscule pour les familles concernées par le VIH et Carla ne s’est jusqu’à présent, pas du tout bougé pour nous.

Zina : Si elle a fait quelque chose quand même pour le Comité. Elle a invité nos enfants au Noël, passer Noël à l’Élysée. Voilà c’est la réponse de Carla Bruni. C’était que déjà, elle invitait nos enfants au Noël de l’Élysée il y a deux ans. Elle a réitéré cette année. On ne sait pas ce que ça va changer pour nous atteint du VIH et pour notre association.

Sandra : Ben tout à l’heure, je t’ai vu jouer du violon, pourquoi ?

Ben : Il court, il court le sida, il courra toujours. Alors Carla je ne sais pas. Je réitérerais l’appel du Comité et je n’ai pas la même force de conviction que Catherine avait. Je me souviens, j’étais là ce jour-là et il y avait aussi le docteur Éric Chapeau qui était là. Et on avait tout à tenter. Ça avait fait beaucoup de débats, je me souviens. Mais on a osé le faire. Et bon, j’ai envie de dire Carla, Nicolas, les belles promesses. C’est toujours des belles promesses. C’est bientôt des élections, peut-être qu’on va vous voir réapparaître. Mais bon, un petit 10ème de vos salaires nous suffirait peut être pour mener quelques actions tout simplement. Et arrêtez de promettre des choses. Moi j’aimerai bien que Carla Bruni nous fasse un peu le point de ce qu’elle a pu mettre en place comme action puisqu’elle était la représentante du VIH partout dans le monde. Faisons le point.

Ali : Elle a beaucoup milité pour AIDES puisque son frère il était concerné. Elle en tant que mannequin, elle avait eu l’image à l’international. Donc elle a beaucoup bougé pour le milieu homosexuel. Après quand elle s’est retrouvée première dame de France et qu’elle a dû prendre des responsabilités, elle est toujours restée du côté du show bise. Entre guillemets, les premières personnes qui ont été contaminées au début. Et par la suite, elle a fait l’aumône si je peux me permettre de dire au Comité, ça n’a pas dû lui coûter cher un après-midi à l’Élysée pour quelques enfants.

Ben : Ça, ça me rappelle une phrase que Reda, lorsqu’il a été invité à débattre justement, à la rencontre avec Carla Bruni. Carla Bruni avait l’impression de découvrir qu’il y avait des familles et des hétérosexuels qui étaient aussi concernés par le VIH. C’est vrai, 49 % sont la communauté gay. Mais le reste c’est quoi à votre avis ? Ce sont des familles, des hétérosexuels. Ils peuvent être usagers de drogues ou migrants. Ils sont concernés, alors qu’est-ce qu’on fait pour eux ? Qu’est-ce qu’elle a fait pour eux ? Et dans le monde ? Qu’elle me fasse un état des lieux, un rapport d’activité de ce qu’elle a pu faire avancer. Pour l’instant, je ne vois rien de palpable tout simplement. Et j’aimerai quand même dire, c’est normal qu’elle puisse en tant que première dame de France qu’elle rende des comptes de son investissement dans la lutte contre le VIH. Le côté people nous on n’en veut pas, on aime les choses pragmatiques, les choses qui font avancer tout simplement.

Transcription : Sandra Jean-Pierre

Hommage à une combattante : Charles-Catherine Claude

- Hommage à une combattante (1/8) : Sérovolution
- Hommage à une combattante (2/8) : Des compagnons croisés sur le chemin du combat pour survivre au sida
- Hommage à une combattante (3/8) : « Le sida à deux vitesses, il y en a qui a des CD4 à base de paillettes et l’autre qui est en train de crever dans la rue. »
- Hommage à une combattante (4/8) : Veiller à défendre équitablement toutes les populations sur le front du sida
- Hommage à une combattante (5/8) : Fraternité à perpète, contre les prisons et l’enfermement
- Hommage à une combattante (6/8) : Catherine vs. Carla
- Hommage à une combattante (7/8) : Naissance et sacrifice
- Hommage à une combattante (8/8) : Allô, Sida Info Service