Skip to main content.

Carla Bruni | Fonds mondial contre le sida | Michel Kazatchkine | Suède

La Suède bloque sa contribution au Fonds mondial de lutte contre le sida

25 janvier 2011 (Nouvel Observateur)

Recommander cet article | Votez pour cet article

Voir en ligne : La Suède bloque sa contribution au Fonds mondial de lutte contre le sida

Le pays refuse de verser les 167 millions d’euros prévus à l’organisation, dénonçant des faits de corruption dans quatre pays bénéficiaires.

"Le risque de corruption est pris plus au sérieux, mais avant que nous nous engagions à aider, nous voulons voir la mise en place de plus de mesures pratiques pour lutter contre le problème", a déclaré la ministre suédoise du Développement Gunilla Carlsson. (AFP)

La Suède refuse de verser sa contribution de quelque 167 millions d’euros au Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme, en raison de faits de "corruption" découverts dans des pays bénéficiaires, selon le gouvernement cité samedi 22 janvier par la presse. "Le risque de corruption est pris plus au sérieux, mais avant que nous nous engagions à aider, nous voulons voir la mise en place de plus de mesures pratiques pour lutter contre le problème", a déclaré la ministre suédoise du Développement Gunilla Carlsson à l’issue d’une rencontre vendredi à Stockholm avec le directeur exécutif du Fonds, Michel Kazatchkine, selon le quotidien Svenska Dagbladet (SvD).

A l’automne dernier, les Nations unies (Onu) ont découvert des faits de corruption liés à l’aide du Fonds dans quatre pays et la Suède, premier donateur per capita depuis la création du Fonds en 2002, refuse depuis de verser sa participation de 1,5 milliard de couronnes (167 millions d’euros, 226 millions de dollars) pour la période 2011-2013, selon SvD.

Le Fonds a recueilli en octobre 11,7 milliards de dollars de promesses de dons sur trois ans pour la période 2011-2013, un montant record (20% de mieux qu’en 2007 pour la période 2008-2010) mais en deçà des besoins, ont estimé l’ONU et le Fonds.

"Une plus grande transparence"

La part suédoise "est une importante somme d’argent pour nous. Le fait que la Suède bloque son engagement n’est pas un bon signe. Nous avons besoin de savoir rapidement que nous pouvons mettre notre énergie dans nos projets d’aide", a commenté Michel Kazatchkine, cité par SvD. "Nous pensons également avoir démontré une plus grande transparence et que nous faisons tout ce que nous pouvons pour lutter contre la corruption", a-t-il ajouté selon le quotidien.

Avec 21,7 milliards de dollars engagés dans 150 pays, le Fonds mondial est la principale source de financement de la lutte contre les trois maladies dévastatrices que sont le sida, la tuberculose et le paludisme.

(Nouvelobs.com avec AFP)