Skip to main content.

Les stars et le sida | Musique

« Faites passer le message » : Un coupé décalé pour faire la fête ou une chanson engagée ?

20 juin 2010 (lemegalodon.net)

3 Messages de forum | Recommander cet article | Votez pour cet article

Diffusion d’un extrait de la chanson « Faites passer le message »

Reda : Ça c’est c’est un clip qui passe à la télévision en ce moment. Je crois que c’est X-dy qui m’a dit qu’il l’avait entre aperçu sur Trace tv.

El Detter : C’est moi.

Reda : C’était El Detter. On l’a regardé ensemble avant l’émission. Je crois que presque tout le monde l’a vu. Alors on voit les artistes qui ont fait passer le message. C’est Jacob Desvarieux, Manu Dibango, Awa Imani, Fally Ipupa, Movaizhaleine, moi j’aime bien ce blaze-là et Youssoupha. En fait derrière il y a l’Institut National pour la Prévention et l’Education à la Santé, c’est-à-dire l’Etat. Il y a un autre clip qui se passait dans une boite nuit, le réalisateur avait un peu dénoncé les conditions de tournage, il avait raconté comment l’INPES avait voulu imposé à tout prix des africains en boubou, parce que c’était un clip qui visait la communauté africaine. Et ils voulaient mettre des africains en boubou dans une boite de nuit alors que le réalisateur à l’époque expliquait qu’il n’avait jamais vu un africain ou une africaine en boubou dans une boite de nuit. Ça c’est un petit pour l’historique et l’anecdote. Ce qui m’intéresse c’est autour de la table, après avoir vu le clip, on va commencer par Ousmane, comment tu as trouvé ce clip ?

Ousmane : Moi déjà ce que j’ai à dire là-dessus tout de suite, ce qui m’a frappé c’est que j’ai quand même l’impression que depuis des années on utilise que de grands artistes de renom pour passer le message du VIH. Et parfois je me pause la question, est-ce que des gens qui ne sont pas du tout connus peuvent aussi le faire. Est-ce que des gens qui vivent avec la maladie...

Reda : Des anonymes ?

Ousmane :Voilà ou des gens que personne ne connaît, est-ce que ces personnes-là ne peuvent pas pas aussi le faire ? Je ne sais pas mais bon.

Reda : Pour le cancer, un truc qui s’appelait les héros ordinaires où c’était des gens qui avaient survécu à un cancer. Toute origine, tout parcours, qui se retrouvaient sur des grandes affiches.

Ousmane : Voilà pourquoi pas et je me dis enfin, parfois faire avec des artistes qui sont bien connus, il y a un langage faux quelque part. Parce que je pense que dans tout ça, le seul que je connais qui a fait quelque chose pour des familles vivant avec le VIH, à ma connaissance c’est Youssoupha. Mais tout le reste, est-ce que au fond vraiment ils peuvent faire ce geste-là tant qu’on ne vient pas les demander. Est-ce que tous les jours ils voient ce message comme un vécu pour eux-même.

Reda : Le fait que ce soit l’Etat français qui organise cette campagne et derrière, si tu es africain immigré en France et séropositif à la préfecture, à l’hôpital on va te faire comprendre qu’il vaut mieux que tu rentres chez toi. D’un côté on fait un truc super positif c’est la fête. Tous ensemble contre les discriminations. Et puis après...

Ousmane : Et puis après tu te retrouves à la préfecture pour qu’on te dise, vous n’avez pas ci, vous n’avez pas ça, rentrer chez vous. Je pense que.... il y a aussi ce côté-là qui me dérange beaucoup.

Reda : Parce que là quand je décrypte, ensemble luttons contre la discrimination, idées reçues, préjugés, exclusion, il est tant de se mobiliser. Ça sous entend que la discrimination qui vise les personnes atteintes viendrait d’autres personnes de la communauté africaine. En gros ça sous entend que le public cible n’est pas tolérant, c’est l’Etat français qui va lui apprendre la tolérance. D’autres réactions autour de la table Tina ? Toi tu l’as vu le clip, tu as dansé non ? Tu as fait un peu...

Tina : Non je n’ai pas dansé non.

Reda : Pas à ce point-là.

Tina : Je l’ai vu à la télévision plusieurs fois je crois sur des grandes chaînes. Il passe assez régulièrement. Et déjà on voit vraiment le mot séropositif comme ça et je trouve ça plutôt bien parce que c’est vrai qu’il fait un peu peur. Mais après faites passer le message, je ne comprends pas...

Reda : Contre le sida on est là, on se bat.

Tina : Oui. Quel message ? Il y a un moment on voit dignité d’accord, mais c’est encore un peu confus. Je trouve que ça va dans le bon sens mais peut-être un peu insister, quel message. Parce que faites passer le message ça ne veut rien dire en soi.

Reda : C’est-à-dire notamment sur les choses que les gens ne savent pas. Que les séropositifs peuvent faire des enfants sans que l’enfant soit contaminé, sans que le partenaire le soit, que les traitements permettent de vivre aussi bien, aussi longtemps que des séronégatifs dans des meilleurs conditions. Et tout ça quoi.

Tina : Un peu de contenu concret ce serait bien. C’est ce qui manque.

Reda : El Detter, X-Dy ?

X-Dy : Franchement c’était bien mais ils ont juste oublié de faire passer le message (rires).Tout le monde ne connaît pas le message. Donc faut aller chercher le message. Bon d’un côté ça fait réfléchir le public mais bon... aux gens qui regardent la télé, ceux qui écoutent...

Reda : Vous qui êtes jeunes artistes est-ce que vous croyez à la sincérité et à l’engagement des ces artistes-là parce qu’il y aussi... porter une cause quand on est artiste, ça fait partie de sa communication, c’est presque un passage obligé de faire un peu de caritatif. Est-ce qu’ils vous semblent crédible ?

El Detter : C’est une question délicate on ne les connaît pas ces personnes-là. On ne peut pas dire s’ils sont sincères ou pas.

X-Dy : Moi personnellement si moi je n’aurais pas voulu le faire, je ne l’aurais pas fait. Même si c’est pour de la publicité, ils n’ont pas besoin de faire passer le message comme ça. Donc s’ils l’ont fait c’est de leur gré. A part s’ils veulent être bien vus par les séropositifs.

Transcription : Sandra Jean-Pierre

Forum de discussion: 3 Messages de forum