Skip to main content.

Les coulisses du Sidaction | Financement de la lutte contre le sida | Laurent Thiennot-Herment | Médias et communication | Pierre Bergé | Serge Braun

Sidaction vs. Téléthon : 10 millions d’euros de perdus !

16 avril 2010 (lemegalodon.net)

1 Message | Recommander cet article | Votez pour cet article

Le Téléthon 2009 accuse la plus forte baisse des dons depuis l’édition de 1991. Deux explications données par ses organisateurs sont relayées par les médias depuis l’annonce hier des résultats « définitifs ». D’une part, on évoque la crise économique : les gens auraient moins d’argent à donner. D’autre part, la « polémique » y serait pour quelque chose. En clair, ce que Jacques Malet, président du réseau Recherches et Solidarités, qualifie d’« accusations malveillante » proférées par Pierre Bergé, président de l’association Sidaction. Lemegalodon.net a interrogé Serge Braun, directeur scientifique de l’AFM.

Que représentent les 9,7 millions d’euros « manquants » par rapport aux résultats de 2008 ? De quoi financer, selon Braun, « trois essais cliniques » de Phase I, c’est-à-dire préliminaire à l’étude d’efficacité d’un médicament, alors que l’AFM finance déjà 43 essais dans des phases plus avancées. Pour résumer, ce serait potentiellement renoncer à de nouvelles pistes de recherches.

Dans les faits, reconnaît Serge Braun, « il est trop tôt pour se prononcer sur les véritables raisons de la baisse », en l’absence d’études approfondies des profils et des motivations des donateurs. Ce qui ne semble pas empêcher les responsables de l’AFM de faire des pronostics.

Les communicants du Téléthon positivent : Ce ne serait donc pas le déficit de 10 % par rapport à 2008 qu’il faut retenir. « Les donateurs sont restés fidèles » déclare Braun. Sur France 2, Laurent Thiennot-Herment, présidente de l’AFM, avait déjà insisté sur le fait qu’il s’agit d’« une concrétisation de plus de 105 % par rapport au compteur du Téléthon ». Ainsi, selon Serge Braun, on a assisté cette année à une « remontée de fonds » : moins de donateurs, mais ceux qui donnent seraient un peu plus généreux (59 € par don, en moyenne).

Le directeur scientifique de l’AFM affirme : « Sur le terrain les familles et les bénévoles… les gens, étaient présents même sans donner ». Lors des manifestations organisées dans 10 000 communes françaises, l’AFM déclare 500 manifestations de plus qu’en 2008 (+4 %). Ainsi, on pourrait en déduire que si les gens n’ont pas donné, c’était faute de moyens, et pas faute d’avoir envie. Mais les donateurs seraient-ils « trop sollicités » par la multiplication des appels à la générosité du public ? « Ni le tsunami à l’époque, ni Haïti aujourd’hui n’ont influés sur les dons récoltés. Ce serait même plutôt l’inverse », déclare Serge Braun. « La générosité appelle la générosité. »

Et c’est bien pour cela que Braun dit avoir été « attristé » et « surpris » par les déclarations de Pierre Bergé. « Cette polémique nuit à tout le tissu associatif […] c’est un mauvais calcul de la part de tous ceux qui chercheraient à discréditer d’autres associations. C’est suicidaire ! » nous dit Serge Braun, qui revendique la collaboration de l’AFM avec des associations de lutte contre le sida, y compris Sidaction, dans le domaine de la recherche.

Pierre Bergé, kamikaze de la charité télévisée ou parasite du Téléthon ?

« Vous ne croyez quand même pas que je me suis lancé dans une querelle de ce genre sans savoir ce que je fais », s’était exclamé Pierre Bergé (Le Parisien, 12 février 2010). Et, du côté du Sidaction, on refuse de lier les baisses de ses promesses de dons avec les déclarations du président de l’association. « Toutes les associations ont connu cette baisse des dons dès le mois de novembre », a redit à l’AFP Christine Tabuenca, directrice de collecte et de communication de l’association. Lors de la Soirée de lancement du Sidaction le 3 mars 2010 au Casino de Paris, Bertrand Audoin avait au contraire affirmé que Sidaction n’aurait connu « aucune baisse des dons » depuis novembre 2009. Il répondait déjà à une question du site lemegalodon.net pour nier toute conséquence des déclarations de Pierre Bergé.

Ce n’est pas la première fois que les dirigeants du Sidaction font appelle à la crise pour anticiper ou justifier des faibles montants récoltés. « 2009 est certes une année de crise. N’oublions pas qu’il y a des crises qui durent depuis trop longtemps », déclarait Pierre Bergé, en mars 2009, s’affirmant « certain qu’une fois encore, nous pourrons compter (sur les donateurs), malgré le contexte économique difficile » (AFP, 19 mars 2009). En 2008, Bertrand Audoin, directeur général de l’organisation, craignait une plus faible mobilisation, mais « avec des Français inquiets de leur pouvoir d’achat, la générosité est pour l’instant au rendez-vous. (...) Cela nous rassure » (Le Monde, 1er avril 2008).

Il est vrai que la crise économique ne date pas d’hier. En 2008, quand le Téléthon avait battu ses propres records (105 millions au compteur), nombreux de donateurs la subissaient déjà. Et, lorsque les montants récoltés ne font pas l’objet d’interrogations, ni l’une ni l’autre de ces associations ne s’inquiète de l’état du porte-monnaie des donateurs…

Sully Bidois

Forum de discussion: 1 Message