Skip to main content.

Associations humanitaires | Benlama Bouchaïb | Caritatif et contrôle social | Financement de la lutte contre le sida | Réseau national des correspondants du Comité des familles

Les malades du sida un peu plus précarisés

12 mars 2010 (20 Minutes)

Recommander cet article | Votez pour cet article

Voir en ligne : Les malades du sida un peu plus précarisés

Inquiétude chez les malades du sida. L’année prochaine, l’aide à domicile dont ils bénéficient dans la région pourrait être supprimée. Fin janvier, le personnel qui intervient auprès de ces patients a adressé une pétition à Daniel Percheron, à Martine Aubry, à l’association Aides Nord-Pas-de-Calais et à Carla Bruni. Le texte demande des garanties sur la pérennité du Programme d’aide à domicile (Paad). Instauré en 1996, il est financé par l’assurance maladie et le groupement régional de santé publique, pour un montant de plus de 400 000 €, et coordonné par l’association Aides. Mais le Paad pourrait ne pas être reconduit.

Prise en charge spécifique au sida

Les patients ont reçu une lettre d’Aides les incitant à effectuer des démarches pour bénéficier de « dispositifs de droit commun ». Traduction : se débrouiller avec les dispositifs existants, type allocation personnalisée d’autonomie. De quoi faire bondir les aides à domicile : « Sans un dispositif spécifique, les malades risquent de perdre leur seul contact avec l’extérieur », témoigne l’une d’elles. Chez Aides, on parle d’évolution : « Les besoins ont changé. La priorité, aujourd’hui, c’est l’accompagnement thérapeutique. » « Les patients vivent mieux leur maladie », reconnaît Yazdan Yazdanpanah, chef du service des maladies infectieuses du CH Dron. « Il reste un problème de précarité, selon Christian Paul, directeur de l’Adar, un prestataire d’aides à domicile. Le Paad permet de former le personnel à une pathologie qui a toujours été un peu à part. »

Hélène Fargues

Demain à 18 h, le Fonds régional d’art contemporain (Frac) du Nord-Pas-de-Calais et l’Inserm organisent un débat sur « Qu’est-ce qu’être séropositif aujourd’hui  ? » en présence du Pr Yazdanpanah, au lycée Montebello de Lille.