Skip to main content.

Drogues et réduction des risques (RDR)

La prise en charge du sevrage tabagique réclamée pour certaines pathologies

19 mai 2009 (AFP)

| Votez pour cet article

Voir en ligne : La prise en charge du sevrage tabagique réclamée pour certaines pathologies

PARIS (AFP) — Trente sociétés savantes, associations et collectifs réclament lundi dans une lettre ouverte à la ministre de la Santé la prise en charge financière des traitements du sevrage tabagique pour certaines pathologies dite de longue durée.

"Les médicaments du sevrage tabagique font partie des très rares traitements qui ne sont pas pris en charge pour les personnes atteintes d’une ALD-affection de longue durée (diabètes, certaines maladies respiratoires, cardio-vasculaires, rénales, en particulier après transplantation...)", déplorent les signataires.

La Haute autorité de santé (HAS) vient de publier 56 guides sur la prise en charges ALD : dans 17 d’entre eux, le sevrage tabagique est défini par la HAS comme un traitement à inclure dans les protocoles de soins des personnes touchées par une affection de longue durée (Vih/sida, diabètes, hépatites, maladie inflammatoire chronique de l’intestin dite maladie de Crohn...), souligne ce regroupement.

Cette recommandation devrait encore s’étendre avec la publication des guides sur le cancer.

"La non-prise en charge financière des médicament du sevrage tabagique est un obstacle à la bonne réalisation des protocoles de soins et à l’efficacité des traitements, en particulier chez les gens en situation précaire", écrivent-ils à Roselyne Bachelot.

Ils réclament donc "l’application dans les plus brefs délais d’une dérogation" pour les personnes concernées.

Les grandes fédérations de malades (coeur, insuffisants respiratoires, diabète, sida ...) ainsi que des sociétés savantes (cardiologie, pneumologie, pathologies infectieuses, gastro-entérologie, neuro-vasculaire...) co-signent cet appel aux côtés d’organismes anti-tabac.