Skip to main content.

Ariane | Financement de la lutte contre le sida | Les stars et le sida | Line Renaud | Médias et communication

Ennuyeux, le Sidaction de Line Renaud ? Une jeune maman séropositive remercie Jean-Marc Morandini d’avoir osé le dire

6 mars 2009 (lemegalodon.net)

1 Message | | Votez pour cet article

Bonjour à toute l’équipe de Jean-Marc Morandini,

Je me permets de vous écrire par rapport à une de vos émissions dont je ne me souviens plus de la date exacte, il y a peut-être deux semaines.

Vous aviez brièvement parlé du Sidaction avec notre chère Line Renaud, en employant le mot « ennuyeux » pour parler de la soirée télévisée annuelle.

Moins d’argent, peu d’audience : l’échec du Sidaction, indice de son illégitimité

Sachez que je suis tout à fait d’accord avec vous, étant directement concernée par le VIH depuis l’âge de vingt ans. Je suis déçue de voir de quelle façon les émissions du Sidaction se font chaque année.

J’ai été très contente d’entendre pour la première fois cette remarque très juste, que tout le monde pense mais que personne n’ose dire. Bravo.

Ce genre de soirée est censé faire baisser la contamination dans la population générale, faire accepter les personnes séropositives, et éviter la discrimination mais le bilan est très mauvais : les contaminations continuent depuis le début de l’épidémie, les dons pour le Sidaction sont de plus en plus bas, et les gens se cachent toujours, honteux, et ce même auprès de leurs proches. Pour ma part, cela fait 9 ans que je suis concernée et ma famille n’est toujours pas au courant.

Je pense que le problème vient de la communication que Sidaction génère depuis des années en nous infligeant des soirées "divertissantes" avec des artistes d’une certaine génération : Renaud, Cabrel, Patrick Bruel et bien d’autres. Ce sont des artistes reconnus mais certainement pas les plus écoutés par les jeunes.

Le message de Sidaction est « sida = mort ». Ce message, destiné particulierement aux jeunes, est totalement faux car une personne séropostive qui suit un traitement à une espérance de vie identique à la population générale, en tout cas en France. On nous accompagne même pour concevoir des enfants. Si vraiment nous étions en fin de vie, je ne pense pas que nous aurions eu le feu vert et le soutien des médecins.

Il y a également un problème de stigmatisation trop fréquente des personnes séropositives comme des gens ayant une sexualité débridée, limite « partouzeur » comme le montre ce spot sponsorisé par l’association Sidaction.

Partouze dans un sablier géant et mort subite pour les séropositifs au nom de la récolte d’argent pour l’association Sidaction

J’entends encore aujourd’hui que l’un des facteurs de risque est le rapport hétérosexuel, mais en rajoutant systématiquement « avec des partenaires multiple », mais que veut dire multiple ? Est-ce qu’une personne qui n’a connu qu’un partenaire ne pourra pas l’avoir ?

Ce message de mort est une très grande erreur pour sensibiliser les jeunes.

Tout le monde sait que dans l’adolescence, beaucoup aiment prendre des risques, frôler la mort. On peut même voir cela dans d’autres situations comme la prise de drogue, d’alcool, les excès de vitesse, les tentatives de suicide. Annoncer que « sida = mort », c’est leur donner l’idée une fois de plus de prendre un risque. Hors le message qui me semble le plus efficace est de dire la vérité : Oui, tu es séropositive ! Non, tu ne vas pas mourir mais voilà ce que c’est de vivre avec la maladie :

- C’est des médicament à vie, ce qui comporte : effets secondaires, diahrée, vomissement, perte de poids...

- C’est passer par les médecins et l’assistance médicale à la procréation (AMP) pour avoir des enfants, pour éviter la contamination du partenaire qui est séronegatif.

- C’est des angoisses lors de sa grossesse lorsque l’on doit prendre un traitement qui peut être toxique pour votre enfant.

- C’est d’être interdit d’entrée dans certains pays comme en Amérique.

- C’est de ne pas pouvoir pratiquer certaine profession comme hôtesse de l’air, métier rêvé de certaines petites filles,

- C’est d’être rejeté comme de la peste, et préservatif à perpétuité.

Pour faire accepter les personnes séropositives, il serait bien de laisser la parole, lors de ces soirées, à des familles qui le vivent au quotidien, montrer des couples sérodifférents (où une personne séronégative vit avec un partenaire positif) pour faire comprendre aux gens que l’on peut vivre au quotidien à coté d’une personnes séropositive, l’aimer, avoir des enfants sans être contaminé.

Cela donnerai une autre image de la maladie, un côté plus humain pour les personnes qui sont déjà concernées, et non du "trop tard pour toi " que beaucoup de personnes séropositives ressentent lors de ces campagnes.

Les stars qui parlent du sida, c’est très gentil, mais pourquoi ne pas laisser la paroles aux personnes qui sont concernées directement, comme cela se fait dans les émissions du Téléthon ?

Ariane, jeune maman de deux enfants

Forum de discussion: 1 Message