Skip to main content.

Christelle Grard | Criminalisation des séropositifs

Condamnée pour avoir transmis le sida à son mari

4 décembre 2008 (Le Monde)

| Votez pour cet article

Voir en ligne : Condamnée pour avoir transmis le sida à son mari

Orléans, envoyée spéciale

Ils se sont plu, puis aimés et mariés, peu après la naissance de leur fils, en février 1997. Juste avant cet été où Vincent, "militaire sous contrat", a découvert sa séropositivité, puis celle de son ex-épouse, Christelle, lors d’une hospitalisation pour un paludisme au retour d’une mission au Cameroun.

Mercredi 3 décembre, la cour d’assises du Loiret a condamné Christelle Grard à cinq ans de prison avec sursis pour avoir sciemment transmis le virus du sida à Vincent Tellier. Elle encourait quinze ans de réclusion criminelle pour "administration de substance nuisible par conjoint ou concubin, suivie de mutilation ou d’infirmité permanente". L’avocate générale a requis six à huit ans de prison ferme.

Agée de 39 ans, muée en un fétu de chair et d’os de 37 kg, aux prises avec un sida déclaré et une dépression nerveuse, Christelle n’a plus rien de celle qui a séduit Vincent en 1995. À la veille d’un départ pour le Kosovo, le jeune homme de 23 ans l’avait croisée lors d’une soirée karaoké. De trois ans son aînée, cette jolie fille assez délurée l’avait séduit. Au retour du jeune homme début 1996, ils ne se quittent plus. Au printemps, elle est enceinte. Lui, "très fier", part en mission au Cameroun. En mars 1997, il est papa, et tout est prêt pour le mariage. Mais le couple flanche et les doutes qui entourent l’origine de sa contamination par le VIH vont l’anéantir.

Cheveux ras, regard bleu horizon et port altier, Vincent gère aujourd’hui sa séropositivité au moyen d’une trithérapie "efficace". Devant la cour d’assises, il a protesté sans relâche de son amour et de sa fidélité à Christelle, même lors des périodes "d’aération" prescrites par l’armée dans un hôtel de Douala, où les tentations étaient nombreuses.

L’audience a révélé que Christelle se savait séropositive depuis 1991. Est-ce une transfusion sanguine ? Cet ex-concubin toxicomane ? Qu’importe, pour elle, l’origine d’une contamination dont elle souhaitait voir Vincent jugé responsable. La malade a pourtant elle-même suspendu, durant des années, le traitement prescrit et qui, à l’époque, selon son avocat, "faisait mal partout".

"TRAHISON"

Son antidote, c’était "la vie", qu’elle a "croquée", sans informer ses partenaires sexuels de sa séropositivité. La niant même face à un compagnon qui s’en était spécifiquement enquis. Christelle assure avoir informé "très tôt" Vincent, qui aurait renoncé à se protéger "par amour". Lui se souvient seulement qu’elle a mentionné "la possibilité d’un risque d’infection dû à son rhésus dans le cas d’une grossesse". La partie civile a évoqué une "trahison".

N’ayant jamais impliqué d’époux ou de concubins, les dossiers de cette nature ont jusqu’ici été traités par des tribunaux correctionnels. La condamnation de Christelle Grard par une cour d’assises constitue une première. Un juge d’instruction avait d’abord rendu une ordonnance de non-lieu invoquant la "tardiveté de la plainte" de son époux, déposée en 2002, et "l’impossibilité de situer la date de contamination". Un appel avait abouti en 2007 au renvoi de l’affaire devant la cour d’assises où Vincent souhaitait voir reconnu qu’il n’était pas à l’origine de la contamination. Leur fils, âgé de 11 ans, est séronégatif.

Patricia Jolly