Skip to main content.

Les coulisses du Sidaction | Alexandra et Nicolas | Hadja | Yo Yo

Procès de Reda face à Pierre Bergé et Sidaction : le compte rendu d’Alexandra, qui a assisté à l’audience

23 octobre 2008 (lemegalodon.net)

| Votez pour cet article

Le procès a enfin eu lieu vendredi, avec plus de trois heures de débat pendant lequel se sont succédés les témoignages analysant l’histoire d’Ensemble contre le sida et ses conséquences pour les séropositifs.

Yoyo, qui n’a pas pu venir à l’audience, demande dans quel état était Reda pendant le procès. Hadja n’y était pas non plus, car le vendredi est le jour de sa permanence d’accueil à la Maison des familles. Pour Hadja, l’argent dépensé pour faire ce procès, sans parler du temps, auraient été mieux consacré à aider les malades des pays pauvres. Ce procès, dit-elle, « ce n’est pas ça, la lutte ! »

Reda constate qu’il y a eu un vrai débat, mais déplore l’absence de témoins du côté du Sidaction : aucune des parties civiles n’étaient présentes au tribunal, et aucun soutien de cette association ou son président n’avait fait le déplacement.

Alexandra, venue à Paris pour assister au procès, appelle depuis Pau pour livrer son compte rendu de l’audience, qu’elle a trouvé « instructive ». L’avocat des parties civiles était, selon elle, « digne d’une série de télévision américaine », alors que les témoins ont apporté la preuve qu’ils étaient « sur le terrain » auprès des personnes touchées et des familles vivant avec le VIH. « Deux des juges étaient très attentifs à tout ce qui se disait », mais pour Alexandra, ce débat « n’aurait jamais du se passer devant un tribunal, cela aurait pu se régler autrement »...

Alexandra n’a « jamais regardé Sidaction », car « pour nous les séropos, c’était une insulte », car « c’était de l’argent qu’on a jamais vu ». « J’ai bien lu tous les articles, et j’ai appris plein de choses, et cela m’a conforté dans mon optique, car « nous les séropos, les premiers concernés, nous n’en voyons pas forcément la couleur », et il faudrait « savoir pourquoi il y a des dysfonctionnements ».