Skip to main content.

Les coulisses du Sidaction | Financement de la lutte contre le sida | Pierre Bergé | Roselyne Bachelot

Un rapport de l’IGAS sur l’argent du Sidaction dort dans les tiroirs du bureau de Roselyne Bachelot

13 octobre 2008 (lemegalodon.net)

1 pièce jointe | 4 Messages de forum | Recommander cet article | Votez pour cet article

PARIS, le 13 octobre 2008 (lemegalodon.net) — Lemegalodon.net interpelle aujourd’hui Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, pour réclamer la publication du rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) — dont l’existence a été révélée par une enquête du site Bakchich.info — sur l’argent du Sidaction.

L’IGAS a confirmé que « le rapport en question a bien été transmis à la ministre et qu’il lui revient de déterminer les modalités de communication ». De ce fait, l’IGAS n’a pu préciser une « éventuelle date de mise en ligne » du rapport par la Documentation française.

Interrogé par lemegalodon.net, le cabinet de Madame Bachelot a déclaré informellement le 1er octobre 2008 ne pas avoir, à cette date, connaissance du rapport, alors qu’il circulerait déjà au sein de la direction de l’association Sidaction.

Lemegalodon.net s’étonne que cette association, qui revendique la transparence « au coeur de ses valeurs », n’a pas encore fait état publiquement de ce rapport ou de son contenu.

S’il s’avère que ce rapport « lave plus blanc » en faisant l’éloge des pratiques de l’association, il semble dans l’intérêt de l’association de le publier. Si des critiques lui sont adressées, l’association devrait le reconnaître et en tirer les conséquences qui s’imposent.

En 1996, certaines associations de lutte contre le sida s’étaient opposées au contrôle de l’IGAS. Hervé Gaymard, secrétaire d’État à la Santé, avait alors affirmé : « Il ne s’agit pas de jeter l’opprobre sur les associations, mais simplement de permettre à un grand corps de contrôler l’utilisation des fonds recueillis ». Le compromis qui fût trouvé prévoyait la transmission du rapport au Parlement, auquel seraient jointes les observations des associations contrôlées (Combat face au sida n° 4, mars-juin 1996).

Depuis la publication du rapport de la Cour des comptes sur les comptes d’emploi pour 1994 à 1996 du fonds SIDACTION, y a-t-il eu un contrôle externe indépendant sur l’utilisation faite de l’argent des donateurs ?

Quand l’État délègue la lutte contre le sida à des structures privées, comment garantir la transparence et contrôler l’utilisation des fonds ?

Contact presse : 06 50 80 39 23

Documents joints

Observations de la Cour des comptes sur les comptes d’emploi pour 1994 à 1996 du fonds SIDACTION (PDF, 544.7 ko)

Forum de discussion: 4 Messages de forum