Skip to main content.

Allocation aux Adultes Handicapés (AAH) | Associations humanitaires | Bruno Spire | Caritatif et contrôle social | Financement de la lutte contre le sida | Politiques de santé | Protection sociale | Valérie (Bordeaux)

Une notable de AIDES s’insurge contre ces séropositifs qui gagnent trop d’argent en travaillant

24 septembre 2008 (lemegalodon.net)

14 Messages de forum | Recommander cet article | Votez pour cet article

Le 9 septembre dernier, Valérie, maman bordelaise vivant avec le VIH depuis 20 ans, avait dénoncé la disparition des services proposées aux séropositifs.

Elle avait explique que l’aide à domicile fournie auparavent par AIDES lui permettait d’alléger un peu son quotidien, alors qu’elle se lève tous les matins pour travailler à plein temps, malgré des soucis de santé et la lourdeur des traitements.

Du jour au lendemain, cette aide a été supprimée, sous prétexte que les subventions, qui ne cessent de baisser, seraient dorénavant consacrées à la prévention.

- Loin des paillettes du Sidaction, Valérie, maman bordelaise avec 23 ans de VIH au compteur, dénonce la disparition des services rendus par les associations aux séropositifs
- Nadine, co-infectée VIH/VHC, est révoltée : « Il n’y plus d’aide des associations, on ne peut pas parler librement de sa maladie, et on doit vivre cachée ! »

Une auditrice, qui se dit responsable départementale de l’association AIDES, s’insurge contre des critiques qu’elle estime injustes :

Bonjour ! Bravo pour votre émission. Je suis séropo depuis 1989. Je suis volontaire à Aides et je ne peux accepter les discours qui critiquent les pratiques de Aides.

Les DASS ou les GRSP ne sont plus si généreux, donc les subventions sont pas assez élevées pour aider tous les séropos.

Cette dame de Bordeaux relate que son ménage à 2300€ par mois, 1 crédit immobilier, etc.. Mais où va t’on ? la plupart des séropos vivent avec l’AAH c’est à dire 628€ par mois, quand ils ont payé leur loyer, leurs factures, combien leur reste t’il pour manger ???

Je suis scandalisée d’entendre des propos mensongers. Bien sûr qu’on aide les séropos, mais ceux qui sont en grande précarité, et on les aide dans leur démarche pour retrouver une autonomie et surtout une formation pour qu’ils puissent accéder de nouveau au monde du travail.

Pour manque de subventions, nous avons dû renoncer à des actions en faveur des séropositifs.

Avant de diffuser des émissions comme cela, vérifier vos sources, les séropositifs vivent de plus en plus isolés, ne viennent plus dans les asso comme Aides, alors que nous offrons des services, de l’aide, de l’écoute, et de l’amitié.

Certaines personnes ne viennent que pour réclamer de l’argent. Nous étudions les dossiers, et quand c’est justifié nous aidons, mais nous ne pouvons nous substituer au droit commun.

Merci de votre attention.

Certes, il vaut mieux être riche que pauvre quand on est malade... Peut-on reprocher à une personne vivant avec le VIH de ne pas être dans la précarité totale ? À partir d’un certain seuil de revenu, les effets indésirables des médicaments s’estomperaient-ils ?

Forum de discussion: 14 Messages de forum