Skip to main content.

Malades étrangers | Protection sociale

Les conditions de vie des immigrés en France pèsent sur leur santé

9 septembre 2008 (Viva Magazine)

Recommander cet article | Votez pour cet article

Voir en ligne : Les conditions de vie des immigrés en France pèsent sur leur santé

Les immigrés en France sont en moins bonne santé que les personnes nées en France. C’est ce qui ressort de l’analyse de l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes) à partir de l’enquête décennale de santé de l’Insee de 2002-2003.

Publiée dans Questions d’économie de la santé, l’analyse de l’Irdes montre que sur l’ensemble de la population étudiée, 26 % des personnes déclarent avoir un mauvais état de santé.

De la population étudiée, 91 % sont Français nés en France et 9 % sont des immigrés, c’est à dire des personnes nées étrangères à l’étranger – les deux-tiers de ces immigrés sont naturalisés.

Si globalement 26 % des personnes enquêtées se déclarent en mauvaise santé, les immigrés naturalisés (36 %) et étrangers (31 %) le sont plus souvent que les personnes nées en France (25 %).

Cet écart peut avoir des causes diverses : la profession exercée par les immigrés – ils occupent fréquemment les postes les plus durs –, leurs conditions de vie, la perte du réseau social et l’isolement qui peut jouer sur la dégradation de la santé, la moindre connaissance du système de santé, les problèmes de maîtrise de la langue...

L’Irdes constate la réalité du poids de la situation économique et sociale des immigrés sur leur état de santé mais souligne que la situation est différente selon le pays d’origine. Pour l’Irdes, cela suggère une influence à long terme des caractéristiques sociales, économiques et sanitaires des pays d’origine.

Questions d’économie de la santé (n° 133)