Skip to main content.

Les coulisses du Sidaction | Hakima Himmiche | Jamal Khalid | Pierre Bergé

Sidaction Maroc : le témoignage de Jamal Khalid, fondateur de la première association de personnes atteintes

25 septembre 2008 (lemegalodon.net)

2 Messages de forum | | Votez pour cet article

À l’occasion du Procès du Sidaction, extraits de l’entretien enregistré en mars 2007 avec Jamal Khalid, qui raconte du point de vue des malades l’opération de collecte de fonds organisée au Maroc en 2005 avec la complicité de l’association française Sidaction, et décrit les conditions du témoignage à visage découvert qui a ému tout le peuple marocain... mais à quel prix pour l’intéressée ?

Écouter la version intégrale de l’interview de Jamal Khalid

En décembre 2005, l’ALCS (Association de lutte contre le sida) présidée par sa fondatrice Hakima Himmiche et assisté par Pierre Bergé, président de l’association française Sidaction (ex-Ensemble contre le sida) depuis sa création, ont organisé — évidemment sous le haut patronage du roi — une opération de récolte de dons à la télévision marocaine.

- Sidaction Maroc 2005
- Maroc : polémique autour de Sidaction 2005
- Sidaction au Maroc : « le public a été manipulé »
- Sidaction Maroc 2005 : le bilan de l’ALCS
- Sidaction Maroc 2005 : 25 millions de dirhams ont été collectés lors de la soirée

Comment les séropositifs marocains ont-il vécu cette opération ?

Quelles retombées a-t-elle eu pour les malades les plus démunis ?

Qui décide de la répartition des fonds récoltés ?

Jamal Khalid a ramé avec d’autres personnes concernées pour créer L’Association Le Jour, première association de personnes atteintes du Maroc. Il rame encore pour arracher des moyens pour répondre aux besoins et aux urgences des plus démunis.

- Les “révélations » d’un groupe de séropositifs marocains : rude bataille pour « survivre normalement »
- Journée mondiale de lutte contre le Sida : les sidéens marocains entre espoir et mépris
- Hakima Himmiche : « Le bilan l’action de l’ALCS pour l’année 2006 est impressionnant »

Il n’y va pas par quatre chemins pour répondre à ces questions : « Au moment du Sidaction au Maroc, on était cachés, on était pas acceptés à 2M (la chaîne de télévision officielle). On avait accès à rien, on ne pouvait même pas parler. Ce que je pense de Sidaction ? C’est une association de bizness, dont les malades ne reçoivent rien du tout ! »

Il révèle aussi où et dans quelles conditions il a retrouvé Fatima, un an après son témoignage à visage découvert qui avait bouleversé tout le Maroc.

Comment comprendre le décalage entre la perception du grand public, qui a répondu avec générosité à l’opération de télévision, et le point de vue radicalement différent d’un nombre pas insignifiants des premiers concernés de la lutte contre le sida ?

Avec la musique du gnawa Saïd Mesnaoui : Saïd Mesnaoui : un gnawa marocain à l’émission Maghreb Afrique Survivre au sida.

Forum de discussion: 2 Messages de forum