Skip to main content.

Libye | Sang contaminé

Le médecin palestinien détenu en Libye poursuit Tripoli

15 janvier 2008 (Reuters-APM)

1 photo | Recommander cet article | Votez pour cet article

Voir en ligne : Le médecin palestinien détenu en Libye poursuit Tripoli

SOFIA (Reuters) - Le médecin d’origine palestinienne condamné à mort par la justice libyenne pour avoir délibérément inoculé le virus du sida à des enfants d’un hôpital de Benghazi puis gracié cet été, a décidé de poursuivre Tripoli devant la commission des droits de l’homme des Nations unies, annonce son avocat.

Achraf Alhadjoudj avait été condamné en compagnie de cinq infirmières bulgares. Les six ont été libérés en juillet après huit ans de prison, dans le cadre d’un accord entre la Libye et l’Union européenne. Tous disent avoir fait des aveux sous la torture.

La procédure engagée lundi concerne "la violation de l’interdiction de la torture, celle du droit à un procès équitable (...), les huit ans de procès, la condamnation à mort et la détention illégales", a déclaré à Reuters Liesbeth Zegveld, avocate néerlandaise du médecin, qui poursuit en outre le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, devant la justice française.

Ana Moudeva, version française Jean-Philippe Lefief

Photos


Achraf Alhadjoudj

Achraf Alhadjoudj

Achraf Alhadjoudj, le médecin d’origine palestinienne condamné à mort par la justice libyenne pour avoir délibérément inoculé le virus du sida à des enfants d’un hôpital de Benghazi puis gracié cet été, a décidé de poursuivre Tripoli devant la commission des droits de l’homme des Nations unies. Photo prise le 26 juillet 2007/REUTERS/Nikolay Doychinov © Reuters