Skip to main content.

Industrie pharmaceutique

La pharmacienne détournait-elle l’argent du sida ?

24 septembre 2007 (TF1)

Recommander cet article | Votez pour cet article

Voir en ligne : La pharmacienne détournait-elle l’argent du sida ?

Pharmacie de Bayonne au centre de soupçons de détournement d’argent destiné au traitement de malades du sida (21 septembre 2007)

Une pharmacienne de Bayonne est soupçonnée d’avoir détourné 600.000 euros destinés au traitement de malades atteints du sida.

Mise en examen pour "escroquerie", elle a été écrouée.

Le montant du détournement avoisinerait les 600.000 euros, selon le procureur de Bayonne. L’argent était destinés au traitement de malades atteints du sida. Et l’auteur de l’arnaque ne serait autre... qu’une pharmacienne de la ville. Elle a été mise en examen pour "escroquerie" et écrouée.

Une vingtaine de malades, "pour la plupart toxicomanes" selon le procureur de Bayonne, seraient concernés par la fraude. Le mécanisme en a été décrit par une source judiciaire : il s’agissait de remettre aux patients traités une somme d’argent liquide, en lieu et place des médicaments qui leur étaient prescrits. La pharmacie se faisant rembourser par la sécurité sociale les médicaments non distribués...

La CPAM dépose plainte

Les malades, renonçant sciemment aux traitements qui leur étaient prescrits, auraient ainsi accepté des sommes représentant environ la moitié du prix de leurs médicaments fort coûteux - les antiretroviraux notamment - au mépris de leur propre santé. 

Selon le journal Sud Ouest, qui a révélé cette affaire, une plainte avec constitution de partie civile avait été déposée fin 2006 par le directeur de la Caisse primaire d’assurance maladie de Bayonne. Déjà, il soupçonnait une fraude ayant pour pivot une pharmacie bayonnaise. 

La pharmacienne avait été placée en garde à vue mardi en même temps que son mari et deux employés de la pharmacie à la suite d’une enquête menée par la police judicaire. L’époux de la pharmacienne a depuis été remis en liberté tandis que les deux employés, qui ont été présentés à un juge d’instruction dès mercredi, ont été libérés mais placés sous contrôle judiciaire.