Skip to main content.

Financement de la lutte contre le sida | Line Renaud | Pierre Bergé

Premier bilan du Sidaction 2007

26 mars 2007 (lemegalodon.net)

Recommander cet article | Votez pour cet article

Bertrand Audoin, directeur de l’association Sidaction, annonce 5,5 millions d’euros de promesses de dons [1].

L’an dernier, Audoin avait claironné la promesse de 5,6 millions d’euros [2] de dons comme étant le record des dons de la décennie.

Pourtant, il s’agit objectivement d’un double échec pour les dirigeants de l’association Sidaction.

Le premier échec est celui d’une rechute du niveau des dons.

Le deuxième échec est celui des montants dérisoires que ce soit par rapport aux sommes collectées pendant les années quatre-vingt-dix ou aux besoins des personnes séropositives et de leurs familles.

La direction de Sidaction reste inchangée (Pierre Bergé est président depuis 1996), et l’opération n’a pas beaucoup changé depuis 13 ans.

Le premier « Sidaction » — celui de 1994 — avait récolté presque autant que le Téléthon de l’époque. Pourtant, l’image publique des séropositifs était encore moins reluisante qu’elle ne l’est aujourd’hui.

En 1996, l’association Sidaction avait reconnu l’échec de son opération... après avoir récolté 9,7 Mo €, soit presque le double des promesses de dons annoncées cette année [3].

En 1996, si certains malades bénéficient déjà des premiers antiprotéases permettant de prolonger la vie, ces médicaments restent méconnus du grand public.

Au moins, cette année-là, les organisateurs avaient, selon le quotidien de référence, fait leur « autocritique » suite à cet « échec ». Ils reconnaissaient même que le Sidaction « semble être perçu comme un événement parisien, trop éloigné des préoccupations du public »...

Aujourd’hui, Audoin, Bergé et Renaud se cramponnent à la direction de l’association et multiplient les prétextes invoqués pour justifier des montants dérisoires récoltés... En 2005, par exemple, c’était la mort du pape [4] et, en 2007, Audoin évoque les élections présidentielles.

À quoi est utilisé l’argent du Sidaction ? Selon le professeur Yves Lévy, membre du Conseil d’administration de l’association, l’association aide « aussi les patients car, avec 30 euros, on donne un repas par jour pendant un mois » [5]. Cela fait l’assiette à 1€. On imagine les plats servis aux séropositifs pour ce prix-là, et on peut toujours espérer que Lévy, Bergé et Renaud viendront les déguster !

Pendant ce temps, les séropositifs sombreraient dans la précarité, si ce n’était pour leur volonté de relever la tête et de se battre pour leur santé et leur dignité, sans compter ni sur les stars, ni sur les associations sous perfusion de l’argent du Sidaction.

Les séropositifs méritent mieux que l’opération organisée par Sidaction.

Notes

[1] Lire Le bilan du Sidaction 2007 entretient l’espoir malgré la stabilisation des dons. L’Agence France Presse aurait reporté la publication d’une dépêche de bilan à la fin de la collecte, c’est-à-dire dans quinze jours.

[2] Dans un premier temps, l’association avait annoncé 6,9 millions d’euros de promesses, pour ensuite revoir ce chiffre à la baisse. Bilan du Sidaction 2006 : près de 6,9 millions d’euros de promesses de dons.

[3] Lire l’article du Monde daté du 20 novembre 1996, Ensemble contre le sida révèle l’ampleur de l’échec du Sidaction 96.

[4] Pourtant, selon Arielle Dombasle citée dans le quotidien Libération, l’opération n’avait pas été arrêtée malgré cette nouvelle, Sidaction et mort du pape : Un week-end de déluge cathodique. De plus, l’opération avait été prolongée pour rattraper « une partie du retard pris par la collecte pendant le week-end en raison de l’actualité », Le Sidaction a récolté 4,8 M EUR et prolonge l’opération jusqu’au 15.

[5] Lire Le Sidaction 2006 a enregistré 6,063 millions d’euros de promesses de dons. S’il parle du prix des repas dans les pays pauvres, ceci n’est pas précisé dans l’article.