Skip to main content.

Financement de la lutte contre le sida | Line Renaud | Madie

Sidaction 2007 : Madie, retraitée de 60 ans, séropositive, demande à Line Renaud « où va le pognon »

23 mars 2007 (lemegalodon.net)

16 Messages de forum | | Votez pour cet article

Madie [1] est de la génération de Line Renaud, la « marraine » de l’association Sidaction qui récolte l’argent du public au nom des « malades du sida ».

Vivre avec le VIH quand on a 60 ans : prise de parole de Madie

À soixante ans, Madie a 12 ans de séropositivité derrière elle. À la retraite depuis trois mois, elle a quitté la capitale mais reste parisienne dans le coeur et dans l’âme. À Paris, elle a reconstruit sa vie autour de l’entraide entre les séropositifs, d’abord à Arc-en-Ciel, centre géré par l’association AIDES, et ensuite en dehors de tout réseau associatif...

Madie réagit après avoir écouté le plaidoyer larmoyant de Renaud qui récite : « Agissez avec nous pour redonner espoir aux malades du sida, pour accélerer la recherche médicale et pour informer le grand public sur ce fléau. En faisant un don dès aujourd’hui, vous participez à la Journée mondiale contre le sida. »

Line Renaud est-elle vraiment la Liz Taylor à la française ?

Quel rapport entre la carrière d’un artiste et son engagement pour une cause humanitaire ?

Que sait-elle vraiment de la vie avec le VIH, pour en parler sur des plateaux de télévision ?

À quoi, à qui sert le Sidaction ? Madie veut savoir « où va le pognon » et pourquoi il n’y a pas de représentation des séropositifs dans la direction de l’association.

En 2005, déjà, Madie s’était exprimé à propos du spectacle organisé par l’association Sidaction [2] :

Bon, poisson d’avril ou pas, nous sommes nombreux, les séros, à dire que c’est honteux, ces manifestations soi-disant contre le sida, car nous savons tous que les fonds iront d’abord aux GO (gentils organisateurs).

Le VIH ne rend pas idiot... Même après 10 ans, je suis là, la tête sur les épaules ! Des gens en France sont seuls, sans rien... mais fiers ! De toute façon, quand ils sonnent à la porte d’une association reconnue d’utilité publique, on ne peut jamais rien pour eux... Qu’ils crèvent !!!! Un séro ? Quelle valeur ??? Y en a marre que les nantis se fassent de la thune sur notre dos. Le SIDA : marché porteur !

Virons ces gens qui ne pensent qu’à leurs égos, leurs voyages gratos, leurs restos sur notre compte et leurs bas de laine qui gonflent. Laissons les séros s’auto-gérer... Nous connaissons nos besoins. Nous avons des comptables, des gestionnaires, des banquiers, des toubibs séros. Tous les corps de métiers sont représentés dans ce VIH.

Que l’État ne permette plus ces enrichissements sur la maladie et la douleur humaine. Virons ces cancrelats qui ont usé et abusé la détresse des séropos.

Facile à toutes ces personnalités de pleurer sur le sort de ces pauvres séros. Ce sont pour la plupart des artistes : ils ont la larme professionnelle.

La regrettée Barbara faisait beaucoup pour la cause du sida. Jamais on ne l’a vue se trémousser pour soi-disant ramasser des dons, mais elle n’avait pas besoin de promos pour vendre ses disques !

Voilà combien d’années que nous engraissons ces parasites et pendant ce temps-là, les séros crèvent dehors car pas d’appart, se suicident car seuls au monde, et tout ça SEULS sans télé ni paillettes.

Nous, les survivants, battons-nous pour nos frères et sœurs qui dorment dans les cimetières du monde faute de ne pas avoir reçu de soins, de nourriture ou tout simplement un geste d’amitié. Merci d’avoir lu jusqu’au bout, mais j’étais très en colère !

Lire également : « Le Sidaction est illégitime » : Reda Sadki, responsable du site survivreausida.net, dans le Parisien.

Notes

[1] Madie anime Le monde de Madie sur le site seropos.net.

[2] Lire et écouter Où est l’argent des malades ? Ce que les séropositifs pensent du Sidaction, organisé en notre nom.

Forum de discussion: 16 Messages de forum