Skip to main content.

À propos de l’émission de radio | À propos de survivreausida.net | Campagnes d’information et de prévention | Médias et communication | Méga couscous des familles vivant avec le VIH

Banlieue, sida et médias

14 décembre 2006 (lemegalodon.net)

| Votez pour cet article

L’an dernier, les journalistes étaient venus en grand nombre au premier Méga Couscous [1]. Est-ce parce que les révoltes en banlieue venaient d’occuper la une de l’actualité pendant plusieurs semaines ?

Consultez les derniers articles parus au moment du Méga Couscous : Les médias parlent des familles vivant avec le VIH

Nous regrettons l’apparent manque d’intérêt, en l’absence de violences médiatiques en banlieue, pour la mobilisation des familes vivant avec le sida, alors que nous avons besoin de relais médiatique pour briser la chape de plomb autour de l’épidémie.

En 2006, le Méga Couscous n’a intéressé que les journalistes de terrain, ceux et celles qui couvrent déjà la vie quotidienne en banlieue pour la presse populaire, et les radios dites « communautaires » (Beur FM, Afrique n° 1) qui se sont fortement mobilisées [2].

Survivreausida.net a recueilli plus de vingt prises de parole de personnes vivant avec le VIH, issues de l’immigration maghrébine. La radio Beur FM les a diffusées tout la Journée mondiale contre le sida, couplées avec l’annonce du Méga Couscous [3].

Méga Couscous 2006 : des séropositifs d’origine maghrébine et ceux qui les aiment prennent la parole sur Beur FM

Sur Afrique N° 1, le site papamamanbebe.net a travaillé en partenariat avec l’émission d’Eugénie Diecke pour donner la parole à des femmes séropositives sur des questions qui comptent dans la vie des familles concernées [4]. Si la radio africaine n’a pas consacrée d’émission spécifique au couscous pan-africain, le directeur d’antenne, Guy Kalenda, a fait passer le mot à tous les animateurs pour annoncer le Méga Couscous.

Du côté de la presse quotidienne populaire, nous savons que notre public ne lit pas beaucoup. Mais la presse écrite détient une crédibilité complémentaire aux radios, et ne vise pas uniquement un public « ethnique ». D’où l’intérêt des trois articles publiés dans l’édition de la Seine Saint-Denis du Parisien (annonce samedi, résumé dimanche et reportage lundi), en plus d’une colonne dans Métro (avec photo).

Au Comité, nous avons comptabilisé les appels téléphoniques et les réservations suite à chaque opération de partenariat avec ces médias. Ces relais fonctionnent, et permettent à la fois de sensibiliser le grand public et de mobiliser les personnes concernées et solidaires.

Si l’information dans les consultations hospitalières reste le premier moyen de mobilisation, ces médias ont démontré la pertinence d’une médiatisation ciblée pour la mobilisation des familles vivant avec le VIH.

survivreausida.net

Notes

[1] Lire Les médias découvrent les séropositifs de la banlieue au Mega Couscous des Familles.

[2] Lire Les radios commerciales à public « communautaire » face aux familles de l’immigration touchées par le sida.

[3] Le Comité des familles a aussi eu l’occasion d’annoncer le couscous dans l’émission Good Beurning, et a participé à l’émission de débat consacrée au sida, le 4 décembre 2006.

[4] Lire et écouter L’annonce de la séropositivité à l’enfant : Agathe, née avec le virus, et Aline, jeune maman concernée, sur l’antenne d’Afrique n°1, Aline, jeune maman séropositive, raconte l’annonce progressive à son fils qu’il vit avec le VIH, Agathe, 18 ans, née avec le virus, prend la parole sur l’antenne d’Afrique n° 1.