Skip to main content.

À propos de papamamanbebe.net | À propos du Comité des familles pour survivre au sida (2003–2013) | Christophe Martet | Homosexualité | Pierre Bergé

Têtu+ censure papamamanbebe.net, le site des familles vivant avec le VIH

3 novembre 2006 (papamamanbebe.net)

Recommander cet article | Votez pour cet article

Une seule « communauté » peut-elle parler « à la première personne » pour toutes les autres ?

Têtu+ est le seul guide gratuit d’information en français sur le VIH. Soutenu par les laboratoires pharmaceutiques, il est diffusé à 200 000 exemplaires avec l’aide des pouvoirs publics.

Publié par le mensuel gay Têtu, il est censé s’adresser à toutes les populations touchées par le sida.

Dans la nouvelle édition du guide, on trouve effectivement des témoignages de femmes séropositives, de détenus, d’hémophiles, de militants africains ou russes...

Alors, pourquoi la rédaction de Têtu+ a-t-elle censurée [1] le site papamamanbebe.net ?

Le 17 septembre 2006, nous avions demandé explicitement à Charlotte Bourgois, journaliste à Têtu+, de parler du site à Christophe Martet, rédacteur-en-chef [2].

Elle nous avait rétorqué qu’il n’était pas sûr que Têtu+ parle d’un site qui ne s’adresse pas explicitement aux homosexuels.

Papamamanbebe.net est le premier site des familles vivant avec le VIH. Il propose déjà plus de 350 articles et 1000 témoignages. Les principaux spécialistes français de l’assistance médicale à la procréation, du suivi de la grossesse et de la prise en charge pédiatrique y interviennent.

Par ailleurs, si beaucoup d’informations existent pour les femmes séropos, papamamanbebe.net est pratiquement la seule source d’information pour les hommes séropositifs qui veulent faire un bébé sans contaminer leur partenaire féminin.

Contacté par Reda Sadki [3] du site papamamanbebe.net, Christophe Martet a affirmé qu’il n’y aurait pas eu de décision de la rédaction-en-chef de « ne pas parler » de papamamanbebe.net.

Martet s’est engagé à rectifier le tir dans la version en ligne du guide.

Toutefois, il a reconnu pudiquement qu’il s’agissait « peut–être » [sic] d’une erreur de discernement entre Têtu (qui s’adresse aux gays) et Têtu+ (qui a vocation de s’adresser à tous les séropositifs) de la part de la journaliste qui aurait « peut-être un petit peu mal compris le truc »...

Le site papamanbebe.net va informer les laboratoires, financeurs et diffuseurs de Têtu+ et demande l’ouverture de la rédaction de ce guide à toutes les communautés concernées par le VIH.

Vu l’état de l’épidémie en France, il nous semble évident que la prochaine édition de ce guide devra se réaliser avec la collaboration de personnes issues de tous les milieux, et que sa diffusion ne devra pas se faire uniquement par un média qui s’adresse aux homosexuels, mais aussi par le biais de la presse féminine et celle qui touche le public populaire de l’immigration et de la banlieue.

Contact presse : 06 50 80 39 23

Notes

[1] La censure est la limitation arbitraire de la liberté d’expression de chacun. Elle passe par l’examen d’une autorité (étatique ou religieuse) sur des livres, journaux, bulletins d’informations, pièces de théâtre et films, avant d’en permettre la diffusion au public. Par extension, la censure désigne différentes formes d’atteintes à la liberté d’expression, avant et/ou après leur diffusion (censure a priori et a posteriori). En l’occurrence, il s’agit ici du droit de la rédaction majoritairement gay de Têtu+ d’exclure une information malgré sa pertinence pour les séropositifs hétérosexuels.

[2] Christophe Martet et Emmanuelle Cosse, rédacteurs en chef de Têtu+, sont deux anciens présidents de l’association Act Up Paris. Têtu et Act Up Paris bénéficient du soutien de Pierre Bergé, président du Sidaction.

[3] Reda Sadki avait fait l’objet d’un portrait dans la première édition de Têtu+ en 1999. Christophe Martet était d’ailleurs venu à l’émission le 14 décembre 1999 pour présenter cette première édition. Lire et écouter L’invité surprise : Christophe Martet, ancien président d’Act Up Paris.