Skip to main content.

Contamination et prévention | Criminalisation des séropositifs | Dépistage aux frontières

Les responsables américains de la santé recommandent un dépistage plus systématique du VIH

8 octobre 2006 (AP)

Recommander cet article | Votez pour cet article

Voir en ligne : Les responsables américains de la santé recommandent un dépistage plus systématique du VIH

ATLANTA (AP) — Tous les Américains âgés de 13 à 64 ans devraient passer régulièrement le test du sida pour permettre un dépistage précoce du virus et arrêter l’extension de la pandémie, estiment les autorités fédérales américaines de la santé dans des recommandations rendues publiques jeudi.

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) estiment ainsi que le test du VIH devrait devenir aussi courant que la mesure du taux de cholestérol.

"De nombreuses personnes ne sont pas diagnostiquées avant d’être atteintes par des maladies liées au virus", explique le docteur Timothy Mastro, directeur de la division VIH/Prévention du sida des CDC, basés à Atlanta.

"En identifiant les gens plus tôt (...) nous leur permettrons d’accéder à des thérapies qui prolongent la vie, et également, via la prévention, nous apprendrons comment éviter la contamination d’autres personnes par le VIH", a-t-il ajouté.

Cette annonce a été saluée par ceux qui estiment que ces recommandations des CDC, non-obligatoires mais influençant l’action des médecins et organismes d’assurance médicale, peuvent améliorer la situation.

On estime à 250.000 le nombre d’Américains séropositifs qui l’ignorent.

"C’est une importante stratégie de santé publique pour stopper l’extension du VIH", s’est réjouie le docteur Nancy Nielsen, médecin de l’Etat de New York et membre du conseil de direction de l’influence American Medical Association.

Auparavant, les CDC recommandaient les tests réguliers uniquement pour les groupes considérés à risques, comme les utilisateurs de drogues par voie intraveineuse ou les homosexuels.

Ils conseillaient également le dépistage systématique des femmes enceintes ainsi que dans les hôpitaux ou services médicaux installés dans les zones à forte prévalence du virus.

En vertu des nouvelles recommandations, ce dépistage du VIH aurait lieu dans le cadre des examens médicaux de routine qui sont effectués lors d’un check-up complet ou en cas d’intervention médicale d’urgence. Les patients pourraient en revanche refuser le dépistage du VIH.