Skip to main content.

Algérie | Téléphonie sociale

Personnes atteintes du VIH/Sida en Algérie : bientôt un numéro vert

14 septembre 2006 (Le Jeune Indépendant)

12 Messages de forum | Recommander cet article | Votez pour cet article

Voir en ligne : Personnes atteintes du VIH/Sida en Algérie : bientôt un numéro vert

par Nassima Oulebsir

Les personnes vivant avec le VIH/Sida en Algérie peuvent enfin avoir leur numéro vert. Si la prise en charge clinique est importante, l’état psychologique de ces personnes nécessite plus d’attention. Un numéro vert sera donc prochainement mis à leur disposition pour leur permettre d’engager des discussions et de bénéficier de conseils appropriés.

Les personnes qui ne connaissent pas encore leur statut de séropositivité ou celles non malades sont également conviées à appeler ce numéro pour d’éventuels recommandations. Un opérateur téléphonique vient de s’engager à mettre en œuvre ce numéro vert, affirment les adhérents de l’association Le Souk, comité Scora.

Invités hier du forum d’El Moudjahid, Nazim Benchikh et ses amis ont insisté sur la nécessité de mener d’autres actions. « La lutte contre le VIH/Sida ne peut être gagnée que par les jeunes ». Tel est le slogan de l’association Le Souk, qui défend le principe que les jeunes sont au cœur de l’épidémie, ce pourquoi ils doivent être au cœur de la lutte contre le VIH/Sida.

Dans notre pays, les statistiques restent encore taboues, contrairement à de nombreux autres pays, où différentes sources fournissent diverses données chiffrées. L’association évoque 2 000 cas, alors que les organisations internationales parlent de 30 000 cas ! D’autres sources parlent également de 8 000 voire même 16 000 cas.

l’association Le Souk veut dépasser cette bataille des chiffres et se concentrer particulièrement sur la lutte et la sensibilisation. Plusieurs actions et campagnes de sensibilisation sont programmées pour cette rentrée universitaire et scolaire.

Des journées d’information, notamment, sont prévues au niveau des lycées. Il est également question de se lancer dans des stages de formation de formateurs dans plusieurs centres, que cette association a déjà ciblé. Le centre des orphelins de Draria, dans la wilaya d’Alger, demeure le premier sur la liste.

Toutes ces nouvelles démarches répondent au principe de l’association « Jeune, parle aux jeunes ». Le même comité avait, rappelons-le, lancé, le 17 mai dernier, une campagne de sensibilisation de lutte contre le VIH/Sida. Ce sont particulièrement les jeunes âgés de 15 à 25 ans qui sont ciblés.

C’est hier que cette opération a été clôturée, avant d’entamer d’autres actions d’envergure, en partenariat, notamment, avec l’UNICEF qui se dit prête à se lancer dans la démarche de cette association. Les prochaines actions se concentreront, comme cela en a été décidé lors du congrès Aids 2006, de Toronto, au Canada, sur les femmes, puisqu’elles sont les plus vulnérables.

Il s’agit, notamment, de l’obligation d’exiger de son partenaire le port du préservatif… Mais seront-elles en mesure de satisfaire à ces recommandations, dans notre société ? N. O.

Forum de discussion: 12 Messages de forum