Skip to main content.

Algérie | Génération sacrifiée, 20 ans après | Hommage aux disparus | Homosexualité | Nacereddine Chaouli | Nordine Zaïmi

Le tombeau de la folle : hommage à Nordine Zaïmi, décédé du sida en 1991 à Paris

2 mai 1998 (lemegalodon.net)

1 photo | | Votez pour cet article

Les enfants de l’immigration ont payés le prix fort au sida, mais quelle mémoire, quelle expression culturelle nous restent pour en rendre compte ?

Le tombeau de la folle et Contes des vies rusées sont les deux romans de Nordine Zaïmi (L’Harmattan, Paris, 1995).

Ces livres font basculer irréversiblement le genre trop classique du témoignage d’un malade du sida tout en (ra)contant les détails de la vie rêvée ou cauchemardée de Zaïmi, né en 1963 à Alger et décédé du sida en 1991 à Paris.

C’est six ans après sa mort, en 1997, que j’ai rencontré la famille de Nordine.

Son père est un cheminot algérien, sa mère, française, est institutrice. Ils tenaient un kiosque à journaux à Savigny. Sa soeur était alors enseignante à la Grande Borne (Grigny).

Le Tombeau a été écrit en premier, suivi des Contes. Le Tombeau est un roman policier mais aussi une forme autobiographique composée de petits tableaux.

Nordine quitte l’Algérie à l’âge de 9 ans pour Morsang-sur-Orges. Après des études secondaires à Savigny-sur-Orge, Nordine s’en va au lycée Louis le Grand et ensuite l’École normale supérieure. Mention très bien, bac en Lettres classiques.

Dans le Tombeau, il y a des fresques qui représentent les vie des personnages, mais pas forcément racontées en ordre chronologique.

En 1989, Nordine est déjà malade. Il écrit les Contes alors qu’il est hospitalisé pour une tuberculose.

Selon sa maman, il connaissait sa séropositivité depuis 1985, ses parents l’on su en mai 1991. « On ne s’est douté de rien jusqu’au mois de mars », se souvient-elle. « Il y a des choses qu’on ne veut pas croire. » Nordine, lui, disait : « J’ai une petite insuffisance d’immunité ». On retrouve tous ses symptomes dans les Contes, livre achevé fin 1991 quand il est parti en Espagne.

Extrait lu à l’occasion de l’émission du 2 mai 1998.

Photos


Le tombeau de la folle

Le tombeau de la folle