Skip to main content.

Barbara Wagner | Christian Saout | Criminalisation des séropositifs | Didier Lestrade | Hommage aux disparus | Willy Rozenbaum

Willy Rozenbaum : la justice peut-elle régler un problème de santé publique ?

18 juin 2006 (lemegalodon.net)

| Votez pour cet article

Le Conseil national du sida vient de prendre position sur la question de la pénalisation de la transmission du VIH, en déclarant qu’il « serait catastrophique que ces cas individuels conduisent à considérer que le seul fait de vivre avec le VIH fasse de la personne un criminel potentiel et renforce une stigmatisation existante. »

Mardi dernier, Willy Rozenbaum, président du Conseil national du sida, répondait à la question : quelle est la population prioritaire en matière de prévention ?

En dehors du domaine pénal, le CNS « affirme le principe d’une double responsabilité : responsabilité des personnes contaminées de ne pas transmettre le VIH et responsabilité de toute personne de se protéger pour ne pas être contaminée. »

Comment expliquer les réactions des dirigeants des associations issues du mouvement homosexuel à l’égard de Barbara Wagner, présidente de Femmes positives, mais aussi l’obnubilation médiatique pour le récit de cette dernière ?

Pourquoi et comment le débat public sur la criminalisation a-t-il été confisqué par Madame Wagner d’un côté (comme si elle parlait au nom de toutes les femmes séropositives) et de l’autre par des dirigeants d’associations issues du mouvement homosexuel des années quatre-vingt ?

Que répond Willy Rozenbaum lorsqu’une jeune femme qui vient d’apprendre sa contamination lui déclare sa colère et sa volonté de faire un procès à celui qui l’a contaminé ? Comment faire réfléchir chacun sur sa propre responsabilité dans une contamination ?

La justice, qui remplace le recours à la vengeance privée, peut-elle régler des problèmes de santé publique et réduire le nombre de contaminations par le VIH ?

Une personne séropositive qui ne se protège pas peut-elle devenir actrice de la lutte contre le sida ?

Comment comprendre la violence du débat sur la criminalisation ?

Pourquoi l’émission s’est-elle engagée, bien avant la condamnation de Christophe Morat, pour dénoncer la volonté d’une minorité d’enfermer les séropositifs, que ce soit au nom de la santé publique, de la morale ou de la vengeance ? Reda explique à Willy Rozenbaum que le sida chez les Maghrébins a une histoire…