Skip to main content.

Campagnes d’information et de prévention | Téléphonie sociale

Pourquoi une grève à Sida Info Service ? Rencontre avec Nathalie Lataste, écoutante depuis 1990

4 mai 2006 (lemegalodon.net)

2 Messages de forum | | Votez pour cet article

Sida Info Service (SIS) est issue de la permanence téléphonique mise en place par l’association AIDES à ses débuts. En 1990, quand AIDES négocie avec l’État pour institutionnaliser sa ligne téléphonique d’information sur le sida, on propose à Nathalie Lataste, alors à l’association AIDES sur Poitiers, de rejoindre les premiers salariés de l’association.

Nathalie est « écoutante », salariée à SIS depuis 16 ans. Elle est aujourd’hui déléguée syndicale de SUD Santé Sociaux, un des trois syndicats représentés au sein de l’association.

Comme le reste des écoutants, Nathalie a participé à la grève du 9 février 2006 [1] pour protester contre le plan de réorganisation proposé par la direction. Pour la première fois dans l’histoire de la lutte contre le sida, le numéro vert de Sida Info Service a été bloqué pendant toute la journée.

Cette grève a été décidé rapidement, suite à la non-signature de l’accord de méthode par les syndicats le 28 janvier. Malgré la nature exceptionnelle de ce mouvement — on ne voit pas tous les jours des grèves dans la lutte contre le sida —, cette grève n’a eu presque aucun relais médiatique.

Nathalie craint la fermeture des pôles régionaux de Sida Info Service, déplore l’attitude de la direction et l’absence d’un véritable projet pour l’avenir de l’association, et pointe la gestion financière de l’association.

Aujourd’hui, les salariés de Sida Info Service lancent une pétition de soutien. Mais Nathalie explique que les personnes qui en sont à l’origine craignent les mesures de rétorsion de la direction, et c’est pourquoi les syndicats ont accepté de servir de point de collecte pour les signatures.

Télécharger et signer la pétition de soutien lancée par les salariés de Sida Info Service

L’équipe radio interroge Nathalie pour comprendre les enjeux du plan de réorganisation de Sida Info Service et les inquiétudes des écoutants.

C’est aussi l’occasion pour Catherine d’interpeller Nathalie Lataste sur la réponse qu’elle a eu d’un écoutant qui refusait de croire à l’existence de sa fille (!), et pour l’émission de regretter le silence des écoutants au moment de la fermeture de la « ligne migrants » [2].

Mutisme de l’INPES, « indisponibilité » de la direction de Sida Info Service

L’émission Maghreb Afrique Survivre au sida avait invité Philippe Lamoureux, directeur général de l’Inpes, et Yves Ferrarini, directeur de Sida Info Service, à participer à un débat radiophonique avec des représentants des salariés sur l’avenir de l’association.

Lamoureux n’a pas répondu. La direction de Sida Info Service nous a fait parvenir un courriel à 14h44, le jour de l’émission, pour nous annoncer l’« indisponibilité » [sic] de M. Hervé Robert [3], directeur par intérim de l’association, s’excusant « pour la gêne occasionnée » du fait que « personne n’est, à ce jour, en mesure de le remplacer pour cette intervention. »

Si nous déplorons évidemment le silence de M. Lamoureux dans ce dossier, nous regrettons l’absence d’un représentant de la direction de Sida Info Service lors de notre entretien avec Nathalie Lataste, et nous avons proposé à la direction de s’exprimer lors d’une prochaine émission.

Notes

[1] Lire l’article Sida Info Service en grève pour protester contre un « plan de réorganisation ».

[2] Lire et écouter Sida Info Service : pour les immigrés, ça sonne mais ça ne répond plus !.

[3] En fait, Robert n’a jamais répondu à notre invitation, et nous avons appris qu’il a été licencié.

Forum de discussion: 2 Messages de forum