Skip to main content.

Campagnes d’information et de prévention | Christian Saout | Financement de la lutte contre le sida | Téléphonie sociale

Où va l’argent du sida ? Le palmarès 2004 des associations financées par l’INPES

26 avril 2006 (lemegalodon.net)

4 Messages de forum | | Votez pour cet article

Le Comité de sélection [1] qui décide de l’attribution des financements de l’Inpes [2] aux associations pour 2006 se réunit le 26 avril et le 3 mai prochain.

Voir en ligne : Appel à projets nationaux dans le cadre du programme de l’INPES : prévention du VIH et des IST 2006

Depuis 2003, l’Inpes subventionne des projets « en cohérence avec ses missions ». Il s’agit de subventions qui étaient jusqu’alors gérées par la Direction générale de la Santé. Selon l’Inpes, c’est pour « gagner en clarté » et « éviter une gestion au coup par coup » qu’une politique de financement par appel à projets a été adoptée.

En 2003, 19 associations s’étaient partagées 1,18 Mo €. L’année suivante, elles étaient 26 structures à se partager une somme légèrement augmentée (1,23 Mo €).

En 2004, sur 72 projets reçus, seulement 26 projets ont été financés par l’INPES. Il s’agit en majorité (34 actions) d’offres de service portées par 19 associations.

L’Inpes affirme que 13 projets s’adressent aux populations migrantes (alors que seulement 4 projets financés concernent les homosexuels masculins), mais sans préciser si les gestionnaires des projets sont eux-mêmes des associations gérées ou tenues par des immigrés.

Christian Saout, président de AIDES, représente les usagers au Conseil d’administration de l’Inpes. Son association — au budget annuel d’environ 20 millions d’euros — est en première place du palmarès des financements, avec une subvention de 163 925€ pour quatre projets dont les titres cités dans le rapport annuel de l’Inpes sont : plages gay, États généraux, brochures, Guyane et préservatifs féminins.

En deuxième place du palmarès, on trouve Sida Info Service avec 152 780€ pour la réalisation et diffusion de dépliants, le développement de pages Internet, une campagne de communication et la vente promotionnelle de préservatifs féminin.

Troisième au palmarès, l’association Couples contre le sida reçoit 85000€ pour son projet « Cap d’Agde naturiste », qui s’adresse aux naturistes et aux « utilisateurs de lieux de pratiques sexuelles anonymes ou de groupe ».

Les patrons des boîtes de nuits gays du SNEG (syndicat national des entreprises gays) arrivent en quatrième place, avec 80 000€ pour « mettre en place des stratégies de prévention ».

Enfin, l’Inpes a attribué 71 000€ à l’association David et Jonathan pour « proposer un espace de parole sans tabou sur les questions liées à la sexualité et à l’orientation sexuelle ».

Discussion avec l’équipe radio sur la répartition des subventions par l’Inpes en 2004.

Notes

[1] Ce comité est composé de membres de la Direction générale de la Santé et de l’Inpes.

[2] L’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé est un établissement public administratif créé par la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé pour remplacer le CFES (Comité français pour l’éducation à la santé). L’Institut est un acteur de santé publique plus particulièrement chargé de mettre en oeuvre les politiques de prévention et d’éducation pour la santé dans le cadre plus général des orientations de la politique de santé publique fixées par le gouvernement.

Forum de discussion: 4 Messages de forum