Skip to main content.

Homosexualité | Jean-Luc Roméro | Sang contaminé

Don du sang : l’exclusion des gays fait polémique

28 mars 2006 (e-llico.com)

4 Messages de forum | | Votez pour cet article

Après SOS Homophobie, Jean-Luc Romero, président des Elus locaux Contre le Sida a demandé à l’Etablissement Français du Sang de "lever l’interdiction systématique et discriminatoire faite aux homosexuels de donner leur sang".

Le 17 mars, Jean-Luc Romero, président des Elus locaux Contre le Sida a, une nouvelle fois, demandé au président de l’Etablissement Français du Sang (EFS) de "lever l’interdiction systématique et discriminatoire faite aux homosexuels de donner leur sang". Cette interpellation s’inscrit dans un mouvement plus général comme en témoigne la campagne de SOS Homophobie relayée par la Fédération des Centres LGBT.

Jean-Luc Romero appuie cette nouvelle demande sur l’avis rendu le 6 février 2006 par la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité. Un avis qui estime certes que "la décision d’exclusion (…) d’une personne paraît devoir être prise sur la base des risques liés à son comportement" mais considère qu’en l’état : "il n’y a pas de refus d’accès à un bien ou à un service".

Cette décision ravit l’Etablissement Français du Sang qui n’en a pas la même lecture que Jean-Luc Romero.

"Cette crispation autour des homosexuels nous agace un peu, explique Monsieur Ouazan d’EFS. Conformément au principe de précaution, de nombreux groupes sont exclus des dons de sang comme les personnes ayant séjourné en Guyane, celles ayant habité entre 1989 et 1996 en Grande-Bretagne [maladie de la vache folle], etc. et les homosexuels masculins.

Dans ce dernier cas, ce sont les données épidémiologiques concernant le VIH, les résultats des enquêtes comme l’Enquête Presse gay indiquant une recrudescence des prises de risque qui conduisent à cette décision. Celle-ci est d’ailleurs conforme aux textes européens et sera bientôt réaffirmée par une décision de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé.

Je comprends bien la réaction d’homosexuels ayant des relations stables, ne prenant pas de risque, mais il n’est pas possible de faire autrement. Selon nous, il ne s’agit pas d’une discrimination.

D’ailleurs, ceux qui nous interpellent ne disent jamais que les lesbiennes ne sont pas exclues des dons de sang, ce n’est donc pas l’homosexualité en soi qui pose problème. Enfin, il faut rappeler que si donner son sang est un devoir de citoyen, ce n’est pas un droit."

Jean-Luc Romero et SOS Homophobie demandent, pour leur part, "que le concept de populations à risques (…) soit remplacé par celui de conduites à risques". "Cela permettrait aux homosexuels de pouvoir donner leur sang tout en garantissant bien évidemment une sécurité maximale puisque les mêmes conditions seraient exigées pour les hétérosexuels et les homosexuels" estime Jean-Luc Romero.

Jean-François Laforgerie

Forum de discussion: 4 Messages de forum