Skip to main content.

Antonio Ugidos | Logement

Comment obtenir un vrai logement quand on est séropositif ?

22 mars 2006 (lemegalodon.net)

| Votez pour cet article

Antonio Ugidos, directeur du CRIPS, nous rejoint et réagit au récit de Ahcene, membre de l’équipe radio, qui raconte comment il s’y est pris pour obtenir un vrai logement, c’est-à-dire un bail à son nom et une clé.

En effet, après un an sur les listes d’attente malgré le fait qu’il est salarié et qu’il a obtenu la reconnaissance COTOREP, Ahcene a pris son sac de couchage pour débarquer à la Mairie de son arrondissement et camper devant la porte de l’adjointe au logement.

Dans la foulée, il décrochera un logement HLM dans Paris. Il est convaincu qu’il serait toujours sur les listes d’attente s’il n’avait pris en main son propre destin.

Les associations classiques de lutte contre le sida proposent, au compte-goutte, quelques passes-droits distribués à la tête du client [1] et des places en appartements thérapeutiques, où les hébergés sont soumis au contrôle social intensif imposé par ces structures [2].

Alors comment faire, quand on est séropositif, pour décrocher un vrai logement ?

Discussion avec Antonio Ugidos et l’équipe radio.

Notes

[1] Les associations classiques les plus « activistes » auraient ainsi négocié une centaine de logements dans le fameux fichier Silex, lire Mairie de Paris : l’ancienne cellule logement sera dissoute.

[2] Lire Appartements thérapeutiques : l’hébergement comme contrôle social et écouter Pour un bail et une clé : samedi après-midi, une rencontre inédite entre malades du sida issus de l’immigration et professionnels de l’hébergement VIH.