Skip to main content.

Droit du travail

Malades et pestiférés au travail : VIH, cancer... des associations alertent sur des discriminations en hausse

12 octobre 2005 (Libération)

2 Messages de forum | | Votez pour cet article

Voir en ligne : Malades et pestiférés au travail : VIH, cancer... des associations alertent sur des discriminations en hausse

Par Aurélien LALANNE

lassée grande cause nationale de 2005, la lutte contre le sida est centrée, ce mois-ci, sur les discriminations infligées aux porteurs du VIH. Notamment celles liées au monde professionnel. Selon une enquête dévoilée la semaine dernière par Sida info service, un tiers des séropositifs ont été victimes de discriminations dans leur travail. Aujourd’hui, à Paris, un colloque intitulé « Pathologies chroniques évolutives et maintien de l’emploi » élargit la question à d’autres maladies (1). « La recherche progresse. Les nouveaux traitements permettent aux personnes souffrantes de vivre quasiment comme les autres. Le maintien de l’emploi apparaît donc primordial », analyse Sandy Sempé, coordinatrice à l’association Aides. Pourtant, le collège de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (la Halde) enregistre une hausse notable du nombre de cas de discriminations à l’emploi.

Dire ou ne pas dire sa maladie, gérer les attaques personnelles, garder son emploi après une grave opération... Autant d’interrogations face auxquelles sont confrontés des millions de malades du VIH, de la mucoviscidose, ou du cancer. Florence est l’une d’elles. 29 ans, mariée, un enfant, elle souffre d’un cancer de l’ovaire. Après sa chimiothérapie, elle décide de retrouver ses collègues de boulot. 37 kg en moins, la tête rasée. « Tiens, on dirait Fabien Barthez ! » Cyrille, 48 ans, est séropositif depuis dix-neuf ans. Il décide d’annoncer son état de santé au médecin du travail : « Vous êtes séropositif ? ça ne se voit pas, vous êtes vraiment sûr ? »

Hors la sphère professionnelle, l’enquête menée cet été par Sida info service indique que plus de sept personnes sur dix ont été victimes de discriminations dans leur vie sociale (71,9 %). Premier domaine évoqué, le milieu médical : près d’une personne sur deux dit avoir été discriminée (43,7 %) et près d’un quart des personnes interrogées a renoncé à une consultation, un examen médical ou un soin (23,4 %). Exemples d’attitudes relevées : « Une dermato m’a mise à la porte quand j’ai dit que j’étais séropo » ; « Lors de soins dentaires, il m’a été dit qu’au vu du peu de temps qu’il me restait à vivre, il n’était pas nécessaire d’investir dans un appareil dentaire ! » Pourtant, l’enquête démontre que peu de plaintes ont été déposées devant la justice.

(1) www.pathologies-et-travail.org

Forum de discussion: 2 Messages de forum