Skip to main content.

Aïssa | Drogues et réduction des risques (RDR) | Génération sacrifiée, 20 ans après | Hommes séropositifs | Sexe et sexualité | Tribune libre

Le Premier jour d’Aïssa : "I’ve seen the needle and the damage done"

15 septembre 2005 (papamamanbebe.net)

1 Message | | Votez pour cet article

Aïssa a 32 ans, il vit à Toulouse à la Cité universitaire. Samedi matin à 7h, il a pris le train direction La Courneuve, pour assister coûte que coûte à la réunion du Comité des familles pour survivre au sida, pour rencontrer d’autres personnes concernées. Accueilli chaleureusement, il a finit par passer la nuit à discuter à bâtons rompus avec nous, et c’est au matin, autour d’un copieux petit déjeuner, qu’il nous a parlé de son parcours.

L’émission aujourd’hui est donc entièrement consacrée à son récit.

Si vous avez écouté le récit d’Aïssa, vous pouvez lui envoyer un message privé ou réagir dans le forum de l’article.

L’héroïne arrive dans les cités pauvres de la région parisienne au début des années 80, suivie juste derrière par le virus du sida.

À l’époque, les drogues mais aussi les seringues sont illégales. C’est l’incendie. Le gouvernement français laisse faire l’épidémie, pour autoriser tardivement la vente des seringues en 1987 et, beaucoup plus tard, reconnaître timidement la réduction des risques.

Cette histoire est enfouie, parfois refoulée dans la mémoire de nos familles, les familles de l’immigration, les familles qui vivent en banlieue.

Overdose, sida, hépatite, prison, Double Peine. On s’était dit que c’était fini : les grands frères avaient payés le prix le plus lourd.

Mais voilà. Voilà que ça recommence : non seulement les Arabes de France sont officiellement deux fois plus touchés par le sida que les Français, mais une deuxième épidémie, plus sournoise, plus diffuse, creuse les dégâts. Et aujourd’hui encore, les conditions de vie, le devenir des enfants de l’immigration reste marquée par le sceau d’une espèce de malédiction qui voudrait nous faire croire qu’on vient de nul part, tout en nous renvoyant, nous assignant à l’origine de nos parents.

Pour réagir, pour prendre la parole, retrouvez l’émission chaque mardi à 17h et mercredi à 11h sur FPP le 106.3 FM. L’émission continue sur le site survivreausida.net. Une seule adresse : survivreausida.net.

Needle And The Damage Done par Neil Young

I caught you knockin’
at my cellar door
I love you, baby,
can I have some more

Je t’ai trouvé frappant à la porte de ma cave. Je t’adore, chérie, j’en veut encore

Ooh, ooh, the damage done.

Oh, les dégâts...

I hit the city and
I lost my band
I watched the needle
take another man
Gone, gone, the damage done.

J’ai débarqué en ville J’ai perdu mon orchestre J’ai regardé la seringue prendre un autre homme Disparu, disparu, les dégâts...

I sing the song
because I love the man
I know that some
of you don’t understand
Milk-blood
to keep from running out.

Je chante la chanson Parce que j’aime cet homme Je sais que certains d’entre vous ne comprennent pas Le lait-sang pour ne pas se retrouver en panne

I’ve seen the needle
and the damage done
A little part of it in everyone
But every junkie’s
like a settin’ sun.

J’ai vu la seringue et ses dégâts Une petite part d’elle dans chacun d’entre nous Mais chaque junkie est comme un soleil couchant

Forum de discussion: 1 Message