Skip to main content.

Associations humanitaires

Croix-Rouge : relaxe confirmée le 7 décembre 2004 pour Reda, animateur de l’émission de radio Survivre au sida

28 avril 2005 (lemegalodon.net)

Recommander cet article | Votez pour cet article

Nous venons de recevoir les attendus du jugement de la Cour d’appel qui a relaxé Reda [1] le 7 décembre 2004.

Dans son jugement, le tribunal non seulement infirme la décision des premiers juges, mais déclare « certains motifs » « inappropriés » [2].

Le jugement rappelle que les faits reprochés s’inscrivaient dans le cadre du « refus opposé par le Centre de continuer à s’occuper » d’un de ses patients et des « agissements d’un collectif de soutien » [3].

Nous tenons à reconnaître la présence et la solidarité active d’associations et d’organisations du mouvement social (dont l’Association de défense des victimes de l’affaire du sang contaminé (ADVASC), AC !, AFRICA, le Collectif « La santé n’est pas une marchandise », etc.), des médecins et des chercheurs qui ont témoignés au procès en appel, des familles du Comité des familles pour survivre au sida et de tous les auditeurs qui ont manifesté leur soutien pour que l’émission Maghreb-Afrique Survivre au Sida continue d’informer et de donner la parole aux oubliés de la maladie [4].

Par contre, nous ne pouvons que déplorer le silence des associations classiques de lutte contre le sida. Certaines d’entre elles (dont AIDES, Sidaction et Act Up Paris) ont même soutenues la Croix-Rouge dans son action judiciaire contre les malades et les militants qui ont dénoncés les pratiques discriminatoires du Centre du Moulin-Joly [5]. Nous dénoncons ces complicités associatives avec la Croix-Rouge, auxiliaire des pouvoirs publics chargée de gérer la santé des plus pauvres et des exclus de la protection sociale.

La Croix-Rouge, qui n’avait demandé aucun dommages et intérêts, a tout de même réclamé la confirmation du premier jugement, c’est-à-dire d’une condamnation à 4 mois de prison et 10 000 euros d’amende.

Si cette relaxe est juste, elle n’est pas pour autant une véritable victoire : les pratiques du Centre médical du Moulin-Joly restent impunies, et partout l’humanitaire se substitue de plus en plus aux droit pour répondre aux besoins des malades alors que la protection sociale, déjà en lambeaux, est systématiquement démantelée.

Nous ne cesserons de réclamer la solidarité, pas la pitié, pour vivre et se soigner dans la dignité, et pour survivre au sida.

Maghreb-Afrique Survivre au Sida

Contact presse : 06 50 80 39 23

Notes

[1] Reda Sadki anime l’émission Maghreb-Afrique Survivre au sida depuis 1995. Lire Entretien avec Reda Sadki : bribes d’histoires des luttes immigrées pour survivre au sida.

[2] Lire Croix-Rouge : commentaire sur le jugement du 23 juin 2004.

[3] Pour en savoir plus sur le procès, lire et écouter Communiqué : peut-on contester l’action caritative de la Croix-Rouge Française ? et consulter les archives de la campagne de Migrants contre le sida pour dénoncer les pratiques discriminatoires des médecins du Centre du Moulin-Joly de la Croix-Rouge Française.

[4] Lire et écouter Quelques réactions des organisations, soutiens et auditeurs au procès de Reda et Réactions au jugement en appel de Reda face aux médecins de la Croix-Rouge.

[5] Nous ne manquerons pas de revenir sur les raisons de ce soutien pour le moins étonnant.