Skip to main content.

Christian Saout | Financement de la lutte contre le sida

Christian SAOUT Président de AIDES a été reçu par Jacques CHIRAC

4 décembre 2004 (AIDES)

1 photo | | Votez pour cet article

Voir en ligne : Christian SAOUT Président de AIDES a été reçu par Jacques CHIRAC

Le Président de la République a présidé une réunion de travail sur la lutte contre le sida.

M. Chirac souhaite financer la lutte contre le sida avec la taxation internationale

PARIS (AP) - Le président français Jacques Chirac a réaffirmé mardi, à la veille de la Journée mondiale contre le SIDA, que la taxation internationale sur les richesses produites par la mondialisation, pour laquelle il plaide, devrait également servir à financer la lutte mondiale contre la pandémie. Le SIDA a été déclaré "grande cause nationale" en France pour 2005.

"Nous n’éviterons pas d’abonder les moyens du fonds (mondial contre le SIDA) par les taxations internationales, dont une fraction devrait être affectée au Fonds mondial pour le SIDA si l’on veut être efficace", a-t-il déclaré à l’issue d’un réunion de travail d’un peu plus d’une heure à l’Elysée avec le Pr Willy Rozenbaum, président du Conseil national du SIDA, le président de l’association Aides Christian Saout et le directeur de l’Agence nationale de recherches sur le SIDA, le Pr Michel Kazatchkine.

Soulignant que la lutte contre le VIH/SIDA, "sur le plan international et notamment dans les pays pauvres, manque désespérément de moyens", le chef de l’Etat estime que "les moyens du Fonds ne seront pas suffisants" pour assurer "la formation des médecins et des infirmiers dans les pays en développement en particulier, pour une distribution aussi gratuite que possible des médicaments et pour que les traitements soient à la fois efficaces et reçus normalement".

Le président a annoncé le 20 novembre dernier que la France avait triplé sa participation annuelle, initialement de 50 millions d’euros, au Fonds créé en 2001.

En France même, "il n’y a aucun doute, la maladie progresse et la vigilance à l’égard de la maladie régresse", a-t-il prévenu mardi, "il y a un vrai problème de mobilisation des esprits et des moyens pour lutter contre cette progression".

Environ 6.000 nouveaux cas de séropositivité au virus VIH ont été répertoriés en 2003, selon l’Institut national de veille sanitaire (InVS), portant à 58.411 le nombre total notifié au réseau de surveillance national depuis le début de l’épidémie dans les années 80, et à environ 25.000 le nombre de personnes vivant avec le SIDA au 31 mars dernier.

Le chef de l’Etat entend également répondre, grâce notamment à la future Haute autorité contre les discriminations, au "vrai problème des discriminations dont sont victimes par manque de tolérance et de connaissance les malades atteints du SIDA".

Dans la matinée, une dizaine de militants d’Act Up-Paris avaient couvert de faux sang la façade de l’Elysée pour "dénoncer le mélange d’inaction et d’hypocrisie" de M. Chirac face au SIDA. Dans un communiqué, l’association estime que "depuis sa réélection et la victoire de la droite, la situation des séropositifs et des malades n’a cessé d’empirer".

Pour sa part, le président d’Aides, Christian Saout, a qualifié la rencontre de "signal politique encourageant". "J’espère que derrière les actes s’enchaîneront et qu’on aura l’ensemble de ces moyens, à la fois aux plans international et national, qui accompagneront cette volonté politique", a-t-il déclaré.

Le Pr Michel Kazatchkine (ANRS) a insisté sur l’importance d’"un accès intégré à la prévention et au traitement". "Trente années de développement (mondial ont été) ruinées par dix ans de SIDA", a-t-il lancé. "Nous soutenons pleinement le plaidoyer pour une taxation internationale, seul moyen pour rendre les médicaments et les principaux examens nécessaires au suivi des patients gratuits d’accès".

Quant au Pr Willy Rozenbaum, il a salué un "président militant". "Ces enjeux ne sont pas simplement humanitaires, ce sont vraiment des enjeux de société, historiques", a-t-il jugé.

Photos


Réunion de travail sur la lutte contre le SIDA

Réunion de travail sur la lutte contre le SIDA