Skip to main content.

Campagnes d’information et de prévention | Politiques de santé

La lutte contre le sida, grande cause nationale de l’année 2005

2 décembre 2004 (AP)

| Votez pour cet article

PARIS (AP) - Le gouvernement veut remobiliser les Français sur la lutte contre le sida. Jean-Pierre Raffarin a annoncé jeudi aux associations que ce combat serait la "grande cause nationale" de l’année 2005.

"Ce choix exprime le refus de la banalisation", a expliqué un communiqué de Matignon, publié à l’issue d’une réunion entre le Premier ministre et une dizaine de responsables d’associations. Cette réunion se tenait à quelques jours du 1er décembre, journée mondiale contre le sida.

Selon le service de presse du Premier ministre, "une nouvelle mobilisation de l’opinion est d’autant plus nécessaire que les dernières données épidémiologiques rendues publiques par l’Institut de veille sanitaire montrent clairement que la diffusion de la maladie n’est pas enrayée et progresse dans notre pays".

Une étude d’EuroHIV, réseau de surveillance de l’épidémie de VIH sur le Vieux Continent, rendue publique mercredi, montre que les nouveaux cas d’infection ont augmenté de 9% en 2003 en Europe de l’Ouest. Les contaminations touchent de plus en plus les femmes (37% des personnes contaminées) et les hétérosexuels (59% de nouvelles contaminations).

La mobilisation collective sous ce label de grande cause nationale visera à relancer les démarches de prévention, à poursuivre les efforts de recherche et à rechercher de nouveaux progrès dans l’accès des pays du Sud aux traitements, a expliqué Matignon.

Tout au long de l’année 2005, un thème lié à la maladie sera retenu chaque mois. Le thème choisi pour janvier sera le dépistage, a précisé Jean-Luc Romero, président d’Elus locaux contre le sida.

Afin d’encourager les Français à se faire dépister, les associations vont demander à des personnalités du monde politique ou du spectacle de subir un test. Jean-Pierre Raffarin a accepté d’être le premier, a annoncé Matignon.

Les responsables d’associations, qui demandaient depuis plusieurs années que le sida soit déclaré grande cause nationale, ont salué le choix du gouvernement. "Pour nous c’est formidable", a déclaré Line Renaud, présidente d’honneur d’Ensemble contre le sida. "Il y a une telle démobilisation".

"C’est un grand moment d’émotion", "un signal fort", a renchéri Jean-Luc Romero, "persuadé que le sida se soigne par la politique". "Cela va nous permettre d’impulser de nouvelles politiques, de sensibiliser les Français."

"On ne parle pas assez du sida", a déploré Michel Kazatchkine, directeur de l’Agence nationale de recherche sur le sida.

La lutte contre le sida va succéder à la fraternité, retenue pour l’année 2004. Le label grande cause nationale permet de fédérer les différents acteurs et de coordonner leurs initiatives avec celles de l’Etat. AP