Skip to main content.

À propos de l’émission de radio | Campagnes d’information et de prévention | Médias et communication

Les radios commerciales à public « communautaire » face aux familles de l’immigration touchées par le sida

2 décembre 2004 (lemegalodon.net)

1 pièce jointe | 2 Messages de forum | | Votez pour cet article

Des radios commerciales à public communautaire sont aujourd’hui financées par l’INPES (Institut national pour la prévention et l’éducation à la santé) pour parler du sida chez les immigrés.

Il était temps qu’enfin les pouvoirs publics reconnaissent la nécessité de s’adresser directement aux premiers concernés de l’épidémie. Néanmoins, en l’absence de diffusion télé aux heures de grande écoute, les moyens restent dérisoires par rapport à l’objectif de santé publique. De plus, l’INPES reconnaît-elle la place centrale des malades issus de l’immigration et des familles qui affirment leur solidarité avec les malades ?

En dehors de ce cadre institutionnel, il existe néanmoins quelques journalistes qui se sont intéressés au devenir des familles de l’immigration et de la banlieue qui ont payées le plus lourd tribut à l’épidémie, alors que l’INPES et les autres institutions françaises jouaient la politique de l’autruche malgré des chiffres officiels déjà effarants [1].

C’est ainsi que depuis le milieu des années quatre-vingt-dix, en plus de produire la seule émission de radio hebdomadaire qui informe et donne la parole aux séropositifs de l’immigration et de la banlieue [2], le Comité des familles pour survivre au sida collabore avec des journalistes de la radio et de la presse écrite pour rendre compte de la réalité des familles confrontées au sida.

En l’absence de la reconnaissance, de la visibilité et du respect des droits des personnes séropositives et de leurs familles, les messages de prévention ne passeront pas.

À l’occasion du 1er décembre, le Comité des familles pour survivre au sida a pu s’exprimer dans le journal d’information de Beur FM, pour appeler les familles à briser la honte et le silence pour venir nous rejoindre pour manifester à Barbès pour la dignité et le respect des malades.

Nous sommes les premiers concernés de l’épidémie, et il est temps de faire entendre notre voix.

Nous appelons les dirigeants des radios et les journalistes qui y travaillent à venir nous rencontrer, à descendre dans les tranchées des luttes pour survivre au sida menées au quotidien par des familles de l’immigration et de la banlieue.

Pour mémoire, voici quelques-unes des émissions qui se sont intéressées au travail mené par le Comité des familles pour survivre au sida :

- Sur Radio Orient, une série d’émissions consacrée aux malades du sida du Maghreb la semaine du 9 au 12 juin 2003.

- L’émission Maghreb-Afrique Survivre au sida sur les autres radios.

- Beur FM et Afrique n° 1 annoncent le Rassemblement des familles immigrées solidaires pour survivre au sida.

- Reportage sur l’émission organisée tous les mardis par l’association Migrants contre le sida.

Notes

[1] Lire la dépêche de l’AFP à l’occasion de notre conférence de presse du 19 juin 1998 pour rendre publics ces chiffres que l’Institut national de veille sanitaire (INVS) refusait de publier, AFP : Le SIDA régresse deux fois moins vite parmi les immigrés.

[2] Lire La voix des oubliés du sida (360° Magazine).

Forum de discussion: 2 Messages de forum