Skip to main content.

À propos du Comité des familles pour survivre au sida (2003–2013) | Financement de la lutte contre le sida | Tribune libre

Etats-Généraux des personnes atteintes par le VIH : déclaration du Comité Maghreb-Afrique des familles pour survivre au sida

27 novembre 2004 (papamamanbebe.net)

1 Message | Recommander cet article | Votez pour cet article

Vidéo et photo : intervention du Comité des familles pour survivre au sida

Suite à la réunion du Comité des familles [1], des familles ont décidées de se rendre aux États-Généraux des personnes atteintes, organisées sous l’égide de AIDES [2].

Alors que AIDES prétend que les États-Généraux étaient ouverts à tous, les familles du Comité n’avaient pas été ni sollicitées ni invitées, mais elles tenaient à prendre la parole pour rendre compte de l’injustice de la maladie et du lourd tribut payé par les immigrés et leurs enfants au sida, devant les 300 personnes atteintes participant aux États-Généraux.

Maya, militante du Comité des familles, a donc pris la parole à la tribune à l’ouverture de la séance plénière du 27 novembre 2004 à 18h30. Voici le texte de son intervention [3] :

Nous ne faisons pas partie du réseau AIDES [4], mais nous sommes cinquante familles à avoir créé le Comité des familles pour survivre au sida [5].

Pendant les années quatre-vingt and quatre-vingt-dix, toute une génération a été sacrifiée à la seringue, à la prison et à la Double Peine.

Malgré la misère et l’injustice, nous avons réussi à nous regrouper, pour sortir de l’ombre, pour affirmer notre dignité de malades et d’êtres humains.

Alors que les pouvoirs publics ont laissé faire l’épidémie dans les quartiers ouvriers, nous avons réussi à nous entraider pour survivre au sida.

Nous avons les mêmes préoccupations que tous les séropositifs, mais pas les mêmes moyens pour vivre et se soigner.

Depuis longtemps, nous sommes sortis de la honte et du silence. Nous pensons aujourd’hui que la honte doit changer de camp : ce sont les familles qui nous rejettent, qui nous jugent, qui doivent avoir honte.

Dans le Comité, il y a des gens de toutes origines : maghrébins, africains, français... homos, hétéros... usagers de drogue... mamans, pères, frères et soeurs, enfants... Nous affirmons notre fierté d’avoir réussi à nous rassembler alors que les séropositifs sont de plus en plus isolés et croient de moins en moins aux associations.

Nous vous invitons à venir nous rejoindre pour ne pas rester seul, pour montrer qu’aujourd’hui il est possible pour des séropositifs de parler en leur propre nom, pour des familles d’affirmer leur solidarité concrète, et pour, ensemble, devenir maître de notre destin, pour l’égalité des droits et pour le vaccin thérapeutique.

Le Comité Maghreb-Afrique des familles pour survivre au sida

Vidéo et photo : intervention du Comité des familles pour survivre au sida

Notes

[1] 26 novembre 2004 : réunion du Comité des familles pour survivre au sida.

[2] Sur l’association AIDES, lire L’association AIDES contre les malades les plus pauvres, au mépris de sa propre histoire ?, Christian Saout, président de AIDES Fédération : « Si AIDES n’est pas présent en banlieue, ce n’est pas grave... », AIDES dénonce à la Préfecture un malade assigné à résidence et Enjeux d’une pharmacie de la solidarité : Fermer la pharmacie d’AIDES condamnerait 60 malades du tiers-monde à une mort certaine.

[3] La vidéo et des photos de son intervention seront mis en ligne dans les jours qui viennent.

[4] Le Comité des familles revendique son autonomie vis-à-vis du réseau AIDES, dont nous ne reconnaissons pas la légitimité pour parler en notre nom.

[5] Le Comité a été créé le 14 juin 2003 par des familles rassemblées à l’occasion du Premier diwane des familles concernées par le VIH, au local d’AFRICA à la Courneuve. Lire l’article du Parisien, La Courneuve-Cité des 4000 : une association naît contre les tabous du sida. Les familles s’étaient connues par l’émission de radio Survivre au sida (ex-Migrants contre le sida) et avaient déjà organisées des rassemblements publiques pour dénoncer l’injustice de la maladie, pour sortir de l’ombre et pour affirmer leur volonté de survivre au sida, lire L’histoire du Comité Maghreb-Afrique des familles pour survivre au sida.

Forum de discussion: 1 Message