Skip to main content.

Marta Maia | Portugal | Pouvoir médical

La discrimination des séropositifs : l’exemple du Portugal

29 octobre 2004 (lemegalodon.net)

17 Messages de forum | | Votez pour cet article

Le Portugal est le pays de l’Union Européenne le plus « touché » par le VIH. Pourtant, lors de l’élargissement de l’Union aux pays de l’Est, le Président de la Comission Nationale de Lutte Contre le Sida s’est dit « très préoccupé en ce qui concerne les maladies infecto-contagieuses » avec l’arrivée au Portugal d’immigrés de l’Est, pays où il y a une forte séroprévalence (un nombre élevé de séropositifs). Ce qu’il oublie de dire, dans son discours xénophobe, c’est que des études ont prouvé que les immigrés s’infectent au Portugal !... Ce qu’il entend par « maladies infecto-contagieuses », ce sont, entre autres, le VIH-sida et les hépatites. En effet, le terme « maladie contagieuse » est utilisé officiellement pour se référer au vih-sida et aux hépatites (nous savons tous que ce ne sont pas des maladies contagieuses).

À qui pense-t-on, au Portugal quand on parle de sida ? me demandait Reda lors de l’émission de Survivre au Sida du 28 septembre 2004 [1]. Malheureusement, à toutes les personnes qui sont considérées « hors norme » (prostituées, toxicomanes, homosexuels, étrangers..), les autres se croyant donc à l’abri (comme c’était le cas en France il y a quelques années).

J’ai assisté à une conférence sur le sida à Porto. Un médecin a commencé par dire, d’un air alarmé, dramatique, grave : « toute personne contaminée par le sida meurt » (j’ai pensé : « Ah bon, les autres ne meurent pas ? »), un autre enchaîne en disant que le vih-sida est une maladie contagieuse « parce que ça se transmet par les contacts », un autre renchérit avec une histoire comme quoi les séropositifs ne peuvent pas boire au goulot et lorsqu’ils achètent des produits surgelés, doivent rentrer « très très vite » chez eux pour mettre les aliments au congélateur... Une psychologue me raconte, pendant la pause-café, que dans le servie des médecins présents le personnel mets des gants pour toucher les séropositifs, et que certains en mettent même deux paires, superposées. Face à ma stupéfaction, elle répond : « c’est pour les protéger, pour ne pas leur transmettre de microbes ! » Inutile de vous dire que je me suis « accroché » avec ces docteurs là et que je suis partie avant la fin de la conférence.

A travers les messages du forum des auditeurs de Survivre au Sida, entre autres forums, on voit que de nombreux doutes demeurent au sujet du VIH-sida parmi la population, en France, mais les connaissances et représentations ont globalement évolué, même s’il y a encore du chemin à faire. Mais dans d’autres pays, la situation laisse encore beaucoup à désirer.

Etrangement, c’est là où les taux de séroprévalence sont les plus élevés que la discrimination des séropositifs est plus forte, comme si la banalisation de la maladie ne se faisait pas dans les corps – suivant le nombre de personnes infectées parmi la population – mais dans les têtes – au niveau des représentations sociales. La question de la « criminalisation des séropositifs » dont on parle actuellement beaucoup dans le forum des auditeurs ainsi qu’à l’émission de radio de Survivre au Sida, rejoint cette question, car elle ne ferait qu’aggraver les discriminations déjà existantes. Or, on sait que la discrimination est une entrave à la prévention, comme l’explique Reda (rédacteur de Survivre au Sida) dans l’émission du 19 octobre 2004. Elle nous mènerait donc à la « catastrophe ».

Notes

[1] Écouter la discussion avec Maia Marta, invitée de l’émission, Tour du monde des séropos : la situation des séropositifs au Portugal.

Forum de discussion: 17 Messages de forum