Skip to main content.

Associations humanitaires | Caritatif et contrôle social | Droit du travail

AC ! Ile-de-France : la condamnation de Reda Sadki criminalise une forme d’action utilisée par tous les précaires en lutte

28 octobre 2004 (AC ! Ile-de-France)

| Votez pour cet article

Communiqué de presse

Croix-Rouge : relaxe confirmée le 7 décembre 2004 pour Reda, animateur de l’émission de radio Survivre au sida

En juin 2004, Reda Sadki , membre du collectif Survivre au Sida a été condamné à 4 mois de prison avec sursis et 10 000 euros d’amende, sur plainte de la Croix-rouge française, suite à l’occupation en 1999 du centre du Moulin-Joly.

Ce centre censé prendre en charge des malades du SIDA en situation de précarité était manifestement porteur de pratiques discriminatoires, que cette occupation visait à dénoncer .

AC ! Ile de France s’insurge contre cette condamnation qui criminalise une forme d’action utilisée par tous les précaires en lutte .

Nous rappelons que pour beaucoup des plus pauvres d’entre nous, notamment ceux issus de l’immigration, les services publics de santé ou d’aide sociale sont de plus en plus inaccessibles : nous sommes rabattus pour nos soins, pour notre hébergement ou notre domiciliation quand on est SDF, pour l’insertion dans le cadre du RMI, sur les multinationales de l’humanitaires.

La Croix-Rouge, l’Armée du Salut, EMMAUS et bien d’autres, sont subventionnées par l’Etat et les collectivités locales pour s’occuper de ceux dont l’Etat ne veut plus. Le fait est qu’elles échappent à tout contrôle ce qui conduit forcément à des dérives, particulièrement graves puiqu’elles touchent des personnes en situation de faiblesse.

Survivre au Sida a dénoncé l’une de ces dérives et nous n’accepterons pas sans réagir cette condamnation qui vise au delà du collectif, tous ceux qui osent mettre en lumière ce qui se cache derrière l’image bien lissée de la Croix-Rouge française, dont le président Gentilini est par ailleurs membre de l’OPUS DEI.

Nous assurons Reda SADKI, qui passe en appel le mardi 2 novembre 2004, à 14h, à la 11ème chambre de la cour d’appel de Paris de notre entière solidarité.

AC ! IDF
- 23, bis rue Mathis
- 75019 Paris
- Tél : 01 40 09 27 49