Skip to main content.

Anomah Ngu | Charlatanisme

Vanhivax : les précisions du ministre de la Santé publique

22 janvier 2004 (Cameroon Tribune (Yaoundé))

29 Messages de forum | | Votez pour cet article

Voir en ligne : Vanhivax : les précisions du ministre de la Santé publique

By Urbain Olanguena Awono

Son application est réservée aux séropositifs ne faisant pas encore la maladie.

Depuis quelques années, le professeur Anomah Ngu Victor a entrepris des travaux de recherche sur le développement d’un candidat auto-vaccin contre le VIH.

Sur hautes instructions du président de la République du Cameroun, des concertations ont été menées avec l’intéressé à différents niveaux ministériels et ont conduit à la signature d’un protocole d’accord entre le gouvernement (représenté par le ministre de la Santé publique) et le centre de recherche du professeur Anomah Ngu.

En application de ce protocole, des appuis financiers ont été accordés à ce chercheur pour mener à bien ses travaux et ce, dans le respect des standards scientifiques généralement préconisés dans le domaine.

Compte tenu de son importance grandissante dans l’opinion et des dernières révélations conduisant à diverses interprétations, le gouvernement de la République a désigné un groupe d’experts camerounais de haut niveau et indépendants pour évaluer et accompagner ladite recherche.

Il ressort du rapport préliminaire de ce comité, les constatations suivantes :

1) La démarche scientifique proposée semble encourageante. Toutefois, on n’en est qu’à la première étape d’un long processus pouvant conduire un jour à la mise au point d’un vaccin ;

2) Au stade actuel de cette recherche, son application est réservée aux seuls sujets séropositifs encore immunocompétents, c’est-à-dire ceux ne faisant pas encore la maladie.

Dans ces conditions, le gouvernement invite la population à ne pas relâcher les efforts engagés dans le cadre de la politique nationale de lutte contre le VIH/SIDA tant en ce qui concerne l’observation de mesures de prévention, qu’en ce qui concerne le suivi des traitements par les malades qui en ont besoin.

En conclusion, le gouvernement réaffirme son intérêt pour les travaux de recherche en cours. Toutefois, le gouvernement tient à préciser que les politiques de prévention et de prise en charge du VIH/SIDA mises en oeuvre dans le cadre du plan stratégique national et qui commencent à donner les résultats satisfaisants, restent valables, gardent toute leur pertinence et doivent être strictement poursuivies.

Forum de discussion: 29 Messages de forum