Skip to main content.

Financement de la lutte contre le sida

Changement dans l’aide gouvernementale aux associations d’homosexuels

22 octobre 1999 (AFP)

1 Message | Recommander cet article | Votez pour cet article

ANGLET, 22 octobre 1999 (AFP) - La secrétaire d’Etat à la Santé, Dominique Gillot, a annoncé vendredi à Anglet (Pyrénées-Atlantiques), un changement dans le mode de financement par l’Etat des associations "identitaires", dont celles des homosexuels, "pour ne plus entretenir la confusion entre homosexualité et SIDA".

Désormais, les projets de ces associations dans des domaines autres que la lutte contre le SIDA ne seront plus financés par la Direction générale de la santé mais par celle de l’Action sociale, a indiqué Mme Gillot, à l’ouverture des 12èmes assises de l’association AIDES de lutte contre le SIDA.

Cette mesure ne devrait pas entraîner de dépenses supplémentaires.

La confusion entre homosexualité et SIDA, a-t-elle poursuivi devant les quelque 300 représentants des fédérations AIDES, "me paraît tout à la fois préjudiciable aux associations de lutte contre le SIDA et aux associations plus directement identitaires".

La décision annoncée vise également à "permettre le transfert des savoirs-faire acquis contre l’épidémie (de SIDA) vers d’autres domaines", a indiqué Mme Gillot. Selon elle, les associations identitaires pourront élargir leurs missions "dans un cadre négocié qui pourra être soutenu par des crédits de l’Action sociale et contre l’exclusion et non plus seulement par des crédits SIDA".

Pendant une dizaine d’années, ces derniers "ont permis au milieu homosexuel de mener avec efficacité et professionnalisme de multiples actions de prévention mais aussi de lutter contre l’homophobie et d’aider à l’insertion ou de soutenir des personnes isolées", a affirmé Mme Gillot.

Les 12èmes assises de l’association AIDES se dérouleront jusqu’à dimanche.

Forum de discussion: 1 Message