Skip to main content.

Accès aux médicaments | Algérie | Fonds mondial contre le sida | Maroc

Le Fonds mondial contre le sida débourse 10 millions de dollars pour le Maroc, mais rejette la demande de l’Algérie

11 février 2003 (lemegalodon.net)

1 Message | | Votez pour cet article

Si vous soutenez un proche qui est malade et qui vit dans un des pays du Maghreb, vous avez probablement entendu du Fonds mondial contre le sida.

Le Fonds vient d’annoncer à Genève la signature d’accords avec 7 pays, dont le Maroc, pour le financement de programmes de lutte contre ces maladies dans ces pays à hauteur de 108 millions de dollars.

Ces accords ont été signés avec la Chine, le Honduras, le Laos, le Malawi, le Maroc, le Panama et le Sri Lanka.

Selon le communiqué du Fonds mondial, le Maroc disposera, au terme de ce premier accord, de 4,7 millions de dollars, afin de "soutenir ses efforts nationaux de lutte contre le sida". Mais en tout il s’agit d’un financement de presque 10 millions de dollars étalés sur cinq ans.

L’argent sera réparti entre la prévention et le soutien aux malades. Alors que les malades sont actuellement obligés de se rendre à Casablanca même s’ils habitent à l’autre bout du pays, les dollars du Fonds mondial doivent notamment permettre la mise en place de centres régionaux de prise en charge.

Lors de cette cérémonie de signature, un dirigeant du Fonds mondial a salué les efforts consentis par le Maroc en matière de lutte contre le sida, soulignant que le Royaume est le premier pays nord-africain à signer une convention avec le Fonds mondial.

Pourtant, l’Algérie aussi avait demandé un budget au Fonds mondial contre le sida. Mais le Fonds vient de refuser le moindre centime au programme algérien de lutte contre le sida. En motivant sa décision, le Comité d’évaluation du Fonds admet un « risque élevé de propagation rapide de l’épidémie », mais invite les algériens à reformuler leur demande, en apportant des précisions notamment sur l’absence de prévention ciblée en direction de populations à risque (en particulier les prostituées) et en clarifiant l’engagement du gouvernement algérien à fournir les antirétroviraux et à garantir une prise en charge de qualité pour les malades.

Forum de discussion: 1 Message