Skip to main content.

Logement

Migrants contre le sida organise un atelier de formation sur le droit au logement

1er juin 2000 (lemegalodon.net)

Qui sommes-nous ? | Pour nous contacter

Recommander cet article | Votez pour cet article

Avis aux rédactions : ce communiqué est diffusé à l’intention des hebdomadaires et des mensuels qui n’ont pas encore bouclé leur prochaine édition. Un deuxième communiqué sera publié quelques jours avant l’atelier pour les quotidiens. N’hésitez pas à nous contacter pour tout complément d’information.

Atelier du 24 juin 2000

Invitation à l’Atelier du 24 juin 2000 (88K, format Acrobat PDF).

Communiqué de presse du 1er juin 2000

À l’origine, il y avait l’urgence de trouver des solutions d’hébergement pour des personnes gravement malades. Les associations de malades avaient mis en place les « appartements relais », qui sont devenus en 1994 les appartements de coordination thérapeutiques (ACT). Aujourd’hui, 23 associations en Ile-de-France gèrent moins de 300 places dans ces appartements, un nombre ridiculement bas par rapport aux besoins des malades les plus précaires.

Les critères d’admission des ACT servent d’abord à écarter le plus grand nombre de demandeurs. Il n’y a pas de liste d’attente, car les dossiers des demandeurs sont « archivés » (en clair : mis à la poubelle). Les ACT pratiquent ouvertement la discrimination sur des critères « raciaux » et sociaux, et fixent des quotas au nom de la « mixité sociale ». Et, malgré l’arrivée des trithérapies, être gravement malade demeure une condition préalable si on souhaite décrocher un appartement.

Les rares malades qui décrochent un appartement thérapeutique se retrouvent soumis à un règlement intérieur qui leur impose des contraintes draconiennes, et doivent se plier aux exigences multiples de l’encadrement social et médical de ces structures.

Hors des appartements thérapeutiques, les malades d’origine arabe et africaine se retrouvent dans la même galère de logement que tous les autres immigrés. Les ménages originaires du Maghreb et d’Afrique noire, outre qu’ils occupent un fort pourcentage de logements dégradés, sont également surreprésentés dans les logements précaires... Comment, alors, quand on est malade, avec ou sans papiers, obtenir un vrai logement , avec un bail et une clé ?

L’ambition du 4e atelier de formation organisé par Migrants contre le sida est de confronter le point de vue des responsables des appartements thérapeutiques et de leurs financeurs (DDASS et Ministère) avec l’expérience et les revendications de leurs « usagers », et en particulier des plus précaires parmi eux, les malades immigrés.

4e Atelier de formation : droit au logement

organisé par Migrants contre le sida
samedi 24 juin de 14h à 17h
au local de l’association Génériques
34, rue de Citeaux
75012 Paris
Métro : Ledru Rollin ou Faidherbe Chaligny

animé par l’équipe de Migrants contre le sida, avec la participation de :

Deux émissions de radio consacrées au logement des séropositifs d’origine arabe et africaine

Deux éditions de l’émission de radio hebdomadaire de Migrants contre le sida, le 13 et le 20 juin de 14h à 15h sur FPP 106,3 FM, seront également consacrées à la question du logement.

Lire notre dossier de présentation de l’atelier

Contact presse : Reda Sadki 01 42 41 07 70