Skip to main content.

Financement de la lutte contre le sida

Quel mécénat pour l’hôpital ?

13 octobre 2000 (Quotidien du Médecin)

PARIS, 13 octobre 2000 (Quotidien du Médecin)

2 Messages de forum | Recommander cet article | Votez pour cet article

QUE le mécénat ait été l’un des thèmes retenus lors des quatrième journées de l’AP-HP, qui se terminent ce vendredi à la Cité des sciences de la Villette, n’a rien d’étonnant. L’AP-HP est la première à souligner que « le mécénat constitue une opportunité exceptionnelle d’amélioration de l’accueil et des conditions de séjour des usagers ».

Le mécénat, qui a d’abord commencé en France par s’occuper de culturel, comme devait le rappeler Jacques Rigaud, président de l’ADMICAL (Association pour le développement du mécénat industriel et commercial), touchant à la solidarité et à l’humanitaire. Ce qui touche à la santé peut donc tout à fait s’intégrer dans la stratégie d’une entreprise mécène. « Le mécénat n’est pas désintéressé, souligne Jacques Rigaud, l’entreprise doit en tirer profit sinon on pourrait l’accuser d’abus de bien social. »

Ainsi la fondation France Télécom a choisi de soutenir la musique vocale et les équipes soignantes qui s’occupent des autistes, parce que la voix et la communication s’inscrivent dans les valeurs de l’entreprise. De même la fondation EDF se concentre-t-elle sur l’électricité et soutient la recherche en neurobiologie, l’imagerie médicale et la domotique. La Fondation BNP-Paribas, outre les prix remis en région, construit son action de mécénat à l’occasion de rencontres. Comme celle d’Arnold Munnich qu’elle a aidé à mettre en place le centre de génétique de Necker. La Poste met ses 170 000 bureaux de poste au service de l’opération Pièces Jaunes qui alimente la Fondation-Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.

Créatif et rapide

Le mécénat à l’hôpital dépasse, on le voit, ce rôle d’aide à l’humanisation des hôpitaux qu’on voudrait pudiquement lui assigner. Les contraintes budgétaires font qu’il n’y a jamais de moyens pour lancer une nouvelle activité, une nouvelle application, une nouvelle idée.

Et justement, l’une des caractéristiques du mécénat est d’être « créatif », souligne Jacques Rigaud. « Sans la Fondation de France, il n’y aurait jamais eu de soins palliatifs, de maisons de parents, de bibliothèques... dans les hôpitaux », remarque Francis Charhon, directeur général de la Fondation de France.

« Aidez-nous au démarrage », lance le Pr Claire Nihoul-Fékété (Necker-Enfants Malades).

Deuxième atout, le délai d’intervention du mécénat est beaucoup plus rapide que celui de l’administration.

Restent de nombreux problèmes évoqués au cours de cette journée Mécénat, tels l’impossibilité de faire transiter les aides par la voie administrative, la difficulté pour les mécènes de trouver les bons projets, les limites du mécénat lorsqu’il se trouve confronté à un manque de personnel hospitalier ou à l’absence de budget de fonctionnement pour l’équipement offert.

L’AP-HP a indiqué qu’elle réfléchissait à la mise en place d’une interface mécénat, à la fois bureau d’information et pépinière de projets.

M.-F. P.

Forum de discussion: 2 Messages de forum