Skip to main content.

Drogues et réduction des risques (RDR)

Multiples soutiens à un centre de toxicomanie après une saisie judiciaire

1er août 2000 (AFP)

SARCELLES, 1er août 2000 (AFP)

1 Message | | Votez pour cet article

Une trentaine de centres de lutte contre la toxicomanie et d’associations ont écrit à Lionel Jospin pour dénoncer la saisie judiciaire du dossier d’un patient dans un centre de soins de Sarcelles (Val-d’Oise), a indiqué mardi le Dr Gilles Nester, psychiatre responsable du centre.

Magali Tabareau, juge d’instruction de Pontoise, accompagnée de policiers de la brigade des stupéfiants et d’un représentant du conseil de l’ordre des médecins, était intervenue dans ce centre le 17 juillet dernier dans le cadre d’une information sur un trafic de drogues dures dans lequel serait impliqué un des patients, âgé de 35 ans, pris en charge par l’association.

« Outre ce dossier médical, elle a également pris la liste de tous les patients et consulté leurs dossiers médicaux, notamment les analyses d’urine qui permettent de détecter si les patients prennent bien le traitement à la méthadone que nous leur délivrons, mais également de voir s’il continue à consommer des drogues. Ils sont donc susceptibles d’être interrogés et mis en cause. C’est parfaitement légal mais tout à fait révoltant », a indiqué à l’AFP Gilles Nester.

Dans leur lettre collective au Premier ministre, les signataires, parmi lesquels la Ligue des Droits de l’Homme, Aides, les Verts, le syndicat de la magistrature, le syndicat des avocats de France, Médecins du Monde et des centres de soin, se demandent « comment convaincre les usagers d’entrer dans une démarche de soins si, de ce seul fait, ils s’exposent à des poursuites ».

« Les pratiques judiciaires ne doivent pas entraver l’accès aux soins et le travail d’équipe », écrivent-ils en demandant un réexamen de la loi. « Les patients ne doivent pas être considérés comme des délinquants ni les soignants comme des auxiliaires de police et de justice ». Pour appuyer leur démarche, ils font état au cours des cinq dernières années des « résultats spectaculaires de la politique de santé en direction des usagers : amélioration de la santé et de l’insertion, diminution de la mortalité par sida, diminution de la contamination VIH, réduction des overdoses mortelles (-80% entre 1994 et 1998) ».

« Les premières questions posées par les arrivants qui désirent quitter la toxicomanie concernent la gratuité et l’anonymat, sans lesquels il nous sera impossible de continuer », regrette de son côté Gilles Nester. « Nous nous y sommes engagés, que reste-il maintenant de notre crédibilité alors que la confiance entre soignants et toxicomanes est indispensable à la thérapie. Nous nous sentons tous trahis », ajoute-t-il. « Nous attendons maintenant des réponses à cette lettre, notamment du premier ministre et de la secrétaire d’Etat à la santé, Dominique Gillot », a-t-il conclu.

Jean-Paul CHINSKY

Forum de discussion: 1 Message