Skip to main content.

Financement de la lutte contre le sida

Le SIDA mobilise peu les donateurs

11 juin 2000 (Quotidien du Médecin)

PARIS, 11 juin 2000 (Quotidien du Médecin)

Recommander cet article | Votez pour cet article

L’opération spéciale organisée le week-dernier par TF1 et Ensemble contre le SIDA n’a permis de récolter que 14,2 millions de francs.

DECIDEMENT, le SIDA ne semble guère mobiliser les donateurs. Organisée le week-dernier par TF1 et l’association Ensemble contre le SIDA (ECS), l’opération spéciale « SIDA : 48 heures pour un vaccin » n’a permis de récolter que 14,2 millions de francs. Ce chiffre, communiqué lundi par ECS, ne devrait plus guère évoluer, même si le numéro de téléphone destiné à recueillir les promesses de don (0.810.70.2000) sera en fonctionnement jusqu’au 11 juin.

Au siège d’ECS, on se refuse pourtant à parler d’échec. « Le résultat financier n’est certes pas faramineux mais il n’est quand même pas négligeable. Selon nos estimations, près de 80 000 personnes ont appelé pour faire un don, ce qui n’est pas rien. Et puis, on ne peut pas vraiment parler de déception dans la mesure où nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre. En fait, jamais par le passé nous n’avions fait ce type d’opération sur tout un week-end », indique Bertrand Audoin, directeur exécutif d’ECS, qui précise que l’argent collecté sera attribué pour 50 % à la recherche et pour 50 % à des projets associatifs.

Quelque peu échaudés par l’échec financier du Sidaction 1998 (6 millions de francs collectés), les dirigeants d’ECS, en accord avec TF1, avaient cette fois préféré une opération de collecte étalée sur trois jours. Sans émission phare mais avec de courts plateaux d’information et des appels au don réguliers des animateurs et journalistes de la chaîne.

« C’est vrai qu’il nous a manqué une émission pour lancer l’opération. Le fait que ce soit un très long week-end a certainement aussi eu un effet un peu défavorable dans la mesure où beaucoup de gens n’ont pas regardé la télé. Cela étant, l’une de nos grandes satisfactions est d’avoir pu faire passer de l’information sur la maladie et ses enjeux. Cela s’est senti dans les appels que nous avons reçus. Beaucoup de gens nous ont dit qu’ils avaient apprécié cette information et qu’ils avaient appris des choses », indique Bertrand Audoin.

Les responsables d’ECS attendent désormais avec une certaine impatience la sortie, en novembre prochain, d’un nouveau disque préparé par Pascal Obispo. Sorti à la fin de 1998, le disque « Ensemble », qui avait rassemblé une quarantaine d’artistes, avait permis de récolter quelque 45 millions de francs, soit environ la moitié des sommes collectées en 1999 par ECS.

P. B.