Skip to main content.

Chiffres du sida | Couverture maladie universelle (CMU)

Seine-Saint-Denis : population précaire, santé menacée

19 mars 2001 (Quotidien du Médecin)

BOBIGNY, 19 mars 2001 (Quotidien du Médecin)

Recommander cet article | Votez pour cet article

En Seine-Saint-Denis, aux portes de Paris, RMIstes, chômeurs, jeunes en difficulté sont exposés à des risques menaçant leur santé, selon une enquête de la caisse d’assurance-maladie. L’alcool est très souvent en cause.

AVEC ses 1 382 861 habitants, soit 12,61 % des Franciliens, la Seine-Saint-Denis, dont 85 % des résidants ont moins de 60 ans (78,7 % sur le plan national, est un département dont les problèmes sont multiples. Outre son taux de natalité élevé, 16,8 % (12,76 % pour la France entière), il compte 12 % de chômeurs, soit 3 % de plus que la moyenne nationale et 40 270 bénéficiaires du RMI (978 957 au total).

On y constate une surmortalité pour certaines pathologies. C’est le cas notamment pour les tumeurs, avec 2 777 décès, les maladies de l’appareil respiratoire (2 380 victimes), et l’alcoolisme (38 morts). Sans oublier le SIDA : le nombre de morts depuis le début de l’épidémie s’élevait en septembre 2000 à 2 958, ce qui place le département en deuxième position après Paris.

Le centre de prévention sanitaire et sociale (CPSS) de la caisse primaire d’assurance-maladie de Bobigny a donc réalisé une enquête portant sur 33 000 consultants reçus dans ses locaux de 1997 à 1999. La population étudiée est constituée de 52,8 % de femmes et 47,2 % d’hommes, ayant bénéficié d’un examen de santé, dont l’âge moyen se situe entre 16 et 38 ans.

Les constats sont révélateurs des problèmes sanitaires et sociaux, le CPSS orientant son action vers les 16-25 ans, les demandeurs d’emploi, les allocataires de la Couverture maladie universelle et du RMI, ainsi que les retraités et autres assurés inactifs. Le taux de chômage des consultants, de 22,4 %, est plus élevé que la moyenne départementale. L’absence de consultation d’un médecin, touche le quart des 15-19 ans. Il s’agit d’un phénomène préoccupant, car la population concernée est socialement fragilisée. Enfin, l’usage, surtout par les hommes, de boissons alcoolisées et l’hypertriglycéridémie gagnent du terrain avec l’âge avant de régresser à partir de 65-70 ans.

En cinq ans, le CPSS de Bobigny a accueilli, examiné, conseillé et orienté plus de 50 000 personnes, effectuant 3 745 bilans de santé gratuits en 1996 et 11 251 l’année dernière.

Ph. R.