Skip to main content.

François Bès | Prisons

Usagers de drogue hors des prisons (avec François Bès, Gérard Leblond-Valiergue et Safia Soltani)

30 janvier 2001 (Migrants contre le sida)

PARIS, 30 janvier 2001 (Migrants contre le sida)

| Votez pour cet article

Drogues : usagers de drogue citoyens face à la surenchère sécuritaire

Presque la moitié des gens d’origine maghrébine et qui vivent avec le virus du sida ont été contaminés en partageant une seringue. Seringues propres interdites ou introuvables. Le néant sur l’information sur la transmission du virus. Le contrôle exercé par les policiers et les travailleurs sociaux sont les deux faces d’une même logique. L’aboutissement de cette logique : la prison. Et au bout du couloir, la maladie.

On ne sort pas de la drogue par la prison, c’est une évidence. L’enfermement inhumain et dégradant définit la prison, c’est l’extrême limite du contrôle social et policier qui frappe les populations immigrées. La prison torture, la prison rend malade, la prison rend fou, la prison tue.

En vingt ans, 15 000 immigrés et enfants d’immigrés sont morts au sida. Une telle dévastation aurait été irréalisable sans la prison, sans la criminalisation des usagers de drogue. A nous, les proches, les survivants, les rescapés, de se battre pour en finir avec la prison, avec la prohibition, et pour l’égalité des droits face à la maladie.

Migrants contre le sida a réuni François Bès, qui travaille au sein de l’observatoire international des prisons, Gérard Leblond-Valiergue, animateur de Ligne blanche, et Safia Soltani, directrice d’une structure de réduction des risques du 93.