Skip to main content.

Téléphonie sociale

Pour un « Sida Info Service » immigré : Migrants contre le sida met en place sa propre permanence téléphonique

18 mai 2000 (Migrants contre le sida)

PARIS, le 18 mai 2000 (Migrants contre le sida)

| Votez pour cet article

Communiqué de presse à l’AFP - 18 mai 2000 à 14h

Lire notre dossier de presse complet.

Face au refus de cette association de répondre aux besoins des malades d’origine arabe et africaine, Migrants contre le sida met en place dès aujourd’hui sa propre ligne téléphonique d’information aux malades immigrés. L’enjeu n’est rien de moins que le droit à l’information de ces populations face au sida.

En vingt ans d’épidémie du sida, les pouvoirs publics n’ont jamais reconnu le lourd tribut payé par les communautés arabes et africaines, installées en France, à la maladie du SIDA. Aucun effort de prévention ciblée, aucune campagne d’envergure nationale, n’a eu lieu pour informer les personnes d’origine arabe et africaine sur le SIDA.

Alors que 20% des malades du SIDA en France sont des immigrés d’origine arabe ou africaine (chiffres : Institut de veille sanitaire), Sida Info Service consacre 200 000 F sur son budget annuel de 59 millions de francs (soit 0,33 %) à des actions spécifiques en direction des populations immigrées.

En mai 1998, Migrants contre le sida écrivait à Yves Ferrarini, patron de Sida Info Service, face à notre constat du fait que « ni les bonnes volontés, ni le volontarisme, ne suffisent à masquer l’incapacité flagrante de Sida Info Service à s’adresser aux communautés immigrées et à prendre en compte les besoins des malades immigrés »

Un an plus tard, le Conseil d’administration de Sida Info Service invitait l’équipe de Migrants contre le sida pour entendre nos revendications. Mais le CA ne donnera aucune suite, refusant ainsi de reconnaître la légitimité des associations issues de l’immigration engagées sur le front du SIDA.

C’est pendant les négociations de plan social du Service que s’introduira l’idée créer, pour la première fois, un poste permanent d’écoutant référent « migrants ». Mais, une fois de plus, cette embauche se fera sans même solliciter l’avis des associations immigrées.Au mois de mars 2000, Sida Info Service lance une campagne de recrutement d’écoutants maîtrisant une ou plusieurs des langues parlées par les communautés immigrées. Ces embauches se font sans projet pour améliorer la réponse de Sida Info Service aux appelants immigrés, sans moyens supplémentaires, et sans l’avis des associations immigrées engagées sur le front du sida.

Face à ce constat, depuis le mois d’avril 2000 Migrants contre le sida travaille sur la mise en place de sa propre permanence téléphonique (le « Sida Info Service » Immigré), dont nous rendons public le numéro aujourd’hui.

Migrants contre le sida demande à M. Yves Ferrarini, directeur de Sida Info Service, de recevoir immédiatement les associations immigrées engagées sur le front du sida. Plus largement, nous exigeons des pouvoirs publics de faire de l’information aux populations immigrées une priorité de la lutte contre le sida.

Paris, le 18 mai 2000