Skip to main content.

Les coulisses du Sidaction | Financement de la lutte contre le sida | Francis Gionti

La générosité au rendez-vous du Sidaction 2013 avec une hausse des dons

7 avril 2013 (AFP)

Recommander cet article | Votez pour cet article

Voir en ligne : La générosité au rendez-vous du Sidaction 2013 avec une hausse des dons

Les Français ont fait preuve de générosité à l’occasion du Sidaction 2013, organisé de vendredi à dimanche soir, en faisant des promesses de dons qui devraient, selon les organisateurs, avoisiner finalement les 5 millions d’euros.

A 17H00, 3,6 millions de promesses de dons avaient été enregistrées, a indiqué à l’AFP un responsable de Sidaction, organisée depuis 1994 au profit de la recherche sur le sida et de programmes de prévention.

Ce montant est en hausse de plus de 10% par rapport à l’édition 2012 à la même heure.

Des dons en chute libre depuis 1994 : Qui vérifie les chiffres du Sidaction ?

« Les donateurs ont vraiment répondu présents », se sont félicités les organisateurs en pointant « un compteur en hausse qui permet d’envisager le même niveau de promesses de dons qu’en 2011 », soit environ 5 millions d’euros.

Le Sidaction 2013, lancé vendredi et qui s’achève dimanche soir, est relayé par une vingtaine de chaînes de télévision et plusieurs radios nationales. Des centaines d’animations ont aussi été organisées dans de nombreuses villes françaises pour récolter des dons.

Dans les médias, le Sidaction 2013 se termine dimanche à minuit, mais les promesses de dons pourront être effectuées jusqu’au 18 avril, ont rappelé les organisateurs.

Les promesses peuvent être faites par téléphone (110), internet (www.sidaction.org), SMS (en tapant DON au 33 000, message non surtaxé) et par courrier (Sidaction 228, rue du Faubourg Saint-Martin 75010 Paris).

Depuis sa création, Sidaction consacre la moitié des fonds nets collectés aux programmes scientifiques et médicaux et l’autre moitié aux programmes de prévention et d’aide aux malades.

Les organisateurs, dont les co-présidents de Sidaction Pierre Bergé et Line Renaud, avaient appelé cette année à « ne pas crier victoire top vite » contre cette maladie qui touche 34 millions de personnes dans le monde, dont la moitié ignorent qu’elles sont touchées.

Environ 2,5 millions de personnes sont contaminées chaque année et, selon l’Organisation mondiale de la santé, 1,8 million de malades en meure.

En France, sur 150.000 porteurs du VIH, de 15.000 à 30.000 personnes ne le savent pas, tandis que 6.100 personnes ont appris leur séropositivité en 2011, selon des données de l’Institut de veille sanitaire (InVS).

Grâce à l’efficacité des trithérapies, l’infection par le VIH est devenue une maladie chronique, nécessitant un traitement à vie, mais dans de nombreux pays, surtout africains, énormément de malades n’y ont pas accès.

Les recherches pour trouver un vaccin, préventif ou curatif, se poursuivent.

A la veille du Sidaction, la ministre de la Recherche, Geneviève Fioraso, s’était engagée à ce que les fonds publics consacrés à la recherche sur le sida, qui s’élèvent à 41 millions d’euros, soient en 2013 strictement maintenus.

La France, « qui occupe le 2ème rang scientifique mondial en matière de recherche sur le virus du sida, continuera à jouer pleinement son rôle, en soutenant tous les aspects de la recherche sur le VIH, en particulier sur les vaccins ainsi que les essais sur la prévention par les antirétroviraux », avait assuré la ministre.