Skip to main content.

Dr Samuel Claude | Génération sacrifiée, 20 ans après | Pouvoir médical | Sang contaminé

Mort en 1994, mon fils avait été contaminé alors que Laurent Fabius était premier ministre

31 mai 2012 (lemegalodon.net)

Recommander cet article | Votez pour cet article

Le 9 mai 1985, le cabinet du Premier ministre Laurent Fabius demande que l’autorisation des tests de dépistage du sida mis au point par la firme américaine Abbot soit « retenue quelque temps », pour ménager la société française Diagnostics-Pasteur, présente sur le créneau. 27 ans plus tard, Laurent Fabius est à nouveau ministre.

S’il est navrant de voir la droite et l’extrême-droite tenter d’instrumentaliser le rôle de Fabius dans l’affaire du sang contaminé, cela ne doit pas taire la parole des victimes. Qu’en pensent les familles frappées par le VIH, et en particulier celles d’entre elles contaminées par des produits sanguins ? Après avoir accueilli le docteur Samuel Claude, président de l’Association de défense des victimes de l’affaire du sang contaminé (ADVASC), l’émission Survivre au sida publie leurs témoignages. Certaines d’entre elles s’expriment pour la première fois publiquement non seulement pour raconter ce qu’elles ont vécu, mais aussi pour dire ce qu’elles en pensent.

Je viens porter témoignage pour le sang contaminé.

J’avais un fils qui s’appelait Olivier. Il était hémophile A majeur.

Il a été contaminé en 1985 par le virus du sida.

À ce moment-là, il était soigné à l’hôpital Necker par le docteur Gazengel. C’est elle et son service qui faisaient les ordonnances pour aller chercher les produits au centre de transfusion, à Cabanel à Paris.

En 1994, le 8 mai, mon petit bonhomme est décédé à l’hôpital de Bicêtre du sida, dans de grandes souffrances. Il pesait 25 kg, tumeur au cerveau, pleurésie foudroyante.

J’en veux aux services médicaux qui savaient mais non rien fait. Aux ministres, Dufoix, Hervé, Fabius. À Mitterrand, à tous ceux qui travaillaient dans les centres de transfusions, qui savaient et qui ont donné les produits contaminés en disant que les hémophiles coûtaient chers à la sécurité sociale.

Quand ils ont donné les produits chauffés, il était trop tard.

J’ai de la haine et du chagrin. Rien ne remplacera mon fils. Je le pleure tous les jours.

Quand je vois Fabius comme ministre j’ai vraiment de la HAINE.

Pardonnez-moi pour ce long message mais quelques fois cela fait du bien d’en parler. Amitiés.