Skip to main content.

Dr Samuel Claude | Génération sacrifiée, 20 ans après | Pouvoir médical | Sang contaminé

Mon fils a été contaminé à l’âge de 5 ans, quand Laurent Fabius était premier ministre

31 mai 2012 (lemegalodon.net)

Recommander cet article | Votez pour cet article

Le 9 mai 1985, le cabinet du Premier ministre Laurent Fabius demande que l’autorisation des tests de dépistage du sida mis au point par la firme américaine Abbot soit « retenue quelque temps », pour ménager la société française Diagnostics-Pasteur, présente sur le créneau. 27 ans plus tard, Laurent Fabius est à nouveau ministre.

S’il est navrant de voir la droite et l’extrême-droite tenter d’instrumentaliser le rôle de Fabius dans l’affaire du sang contaminé, cela ne doit pas taire la parole des victimes. Qu’en pensent les familles frappées par le VIH, et en particulier celles d’entre elles contaminées par des produits sanguins ? Après avoir accueilli le docteur Samuel Claude, président de l’Association de défense des victimes de l’affaire du sang contaminé (ADVASC), l’émission Survivre au sida publie leurs témoignages. Certaines d’entre elles s’expriment pour la première fois publiquement non seulement pour raconter ce qu’elles ont vécu, mais aussi pour dire ce qu’elles en pensent.

Bonjour,

J’ai 56 ans et habite dans le Gard. J’ai 3 enfants, dont un garçon qui est hémophile et séropositif contaminé par le VIH en 1985, à l’âge de 5 ans. Aujourd’hui, il a 31 ans et vit assez difficilement, en complète rupture sociale.

Je me rappelle qu’en 1985, lorsque nous avons appris que notre enfant avait été contaminé par le VIH, nous avons été anéantis. Nous avions déjà du mal à gérer l’hémophilie alors, apprendre à gérer 2 maladies, peu connues qui plus est, nous paraissait complètement insurmontable.

Finalement, dans notre malheur nous avons quand même eu de la chance car notre enfant est encore en vie, mais ma famille et moi en avons énormément souffert et en souffrons encore avec la peur au ventre qu’un jour, le VIH devienne actif. Je pense tous les jours à ces familles qui ont perdu un être cher dont l’une que nous connaissions particulièrement et avec laquelle mon fils avait des liens d’amitiés, avec un de leurs enfants, qui est décédé du sida à l’âge de 12 ans en 1992. Je pense aussi à cette famille de Béziers, dans l’Hérault, qui a perdu 2 de ses 3 enfants, malades de l’hémophilie, dans un intervalle de 3 mois des suites du sida.

Quand je prends du recul ce que je vois ce sont des familles qui ont vécu et vivent dans l’angoisse à cause d’une simple décision politique. Tout ça pourquoi ? Pour faire du profit ! En effet, en ce qui nous concerne, les conséquences de cette contamination a influencé la plupart de nos agissements. Ma fille aînée a souffert de mon manque d’attention envers elle car j’étais tellement effrayée à l’idée de perdre mon fils que je l’ai mise plus ou moins de côté sans le vouloir. Je me suis séparée de mon mari en 1995 car il n’a jamais su trouvé sa place face à la situation de mon fils et il s’est suicidé en 1997. Il n’a jamais supporté l’idée d’avoir un enfant très malade, qui vivait avec une épée de Damoclès au-dessus de sa tête.

Alors quand on me demande ce que je pense du fait que Mr. Laurent Fabius est à nouveau ministre, j’ai les poils qui se hérissent. Perdre un enfant ou apprendre qu’il est malade, c’est déjà difficile. Mais que ce soit dû à une simple décision politique, je trouve ça cruel. Quand je vois Mr. Fabius à la télévision, il me vient à l’esprit des mots que nous n’oserions même pas dire à notre pire ennemi. Ce Monsieur est le seul dont nous entendons encore parler et qui ose, en plus, se montrer à la télévision. Quatre personnes étaient pourtant impliquées. Mr. Garetta, le médecin, est celui qui a été jugé le plus sévèrement, enfin si l’on peut dire, car il a eu une peine de prison de 4 ans contre des milliers de vies brisées. Contrairement à Laurent Fabius, Mme Georgina Dufois a eu au moins la décence de se retirer de la politique, et je me rappelle encore de cette phrase qu’elle a prononcé : « RESPONSABLE MAIS PAS COUPABLE » .

Mr. Fabius ne ressent–il donc aucune honte ? A-t-il oublié ?

Il se montre encore devant un public qui lui, se souvient de l’injustice de ses actes que l’on peut qualifier, je pense, de criminels, car il a privilégié l’argent en décidant de laisser en circulation des facteurs VIII contaminés par le VIH, à la vie de milliers de personnes.

Mr. Fabius a-t-il une conscience ?

J’ai encore tellement de choses à dire qu’une vie ne suffirait pas pour en parler, car ces décisions politiques ont influencé toute ma vie passée, celle à venir, mais aussi celle de ma famille et de centaines d’autres.

Mon fils et moi souhaiterions vraiment témoigner car cela nous tiens à cœur et ce serait la première fois que nous pourrions enfin dire réellement ce que l’on pense.